Dans une perspective publiée dans l’American Journal de Nutrition dans le domaine de l’alimentation clinique, les causes de l’ob l l l l’ob dans l’alimentation plutôt que dans les quantités dans l’alimentation

Résumé : Un article paru dans The American Journal of Clinical Nutrition remet en question le « modèle de l’équilibre énergétique », selon lequel la prise de poids survient parce que les individus consomment plus d’énergie qu’ils n’en dépensent. Selon les auteurs, « la conceptualisation de l’obésité comme un trouble de l’équilibre énergétique réaffirme un principe de physique sans tenir compte des mécanismes biologiques qui sous-tendent la prise de poids ». Les auteurs plaident en faveur du « modèle glucido-insulinique », qui explique l’obésité comme un trouble métabolique lié à ce que nous mangeons, plutôt qu’à la quantité.

  • Les messages de santé publique exhortant les gens à manger moins et à faire plus d’exercice n’ont pas réussi à endiguer l’augmentation des taux d’obésité et des maladies liées à l’obésité.
  • Le modèle de l’équilibre énergétique, selon lequel la prise de poids est due au fait que l’on consomme plus d’énergie que l’on en dépense, « réaffirme un principe de physique sans tenir compte des mécanismes biologiques à l’origine de la prise de poids ».
  • Le modèle glucido-insulinique fait une affirmation audacieuse : la suralimentation ne cause pas l’obésité ; c’est le processus de grossissement qui cause la suralimentation.
  • L’épidémie actuelle d’obésité est due, en partie, aux réponses hormonales aux changements de qualité de l’alimentation : en particulier, les aliments à charge glycémique élevée, qui modifient fondamentalement le métabolisme.
  • Se concentrer sur ce que nous mangeons plutôt que sur la quantité que nous mangeons est une meilleure stratégie de gestion du poids.

Rockville, MD – ̶Les statistiques des Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC) montrent que l’obésité touche plus de 40 % des adultes américains, ce qui les expose à un risque plus élevé de maladies cardiaques, d’accidents vasculaires cérébraux, de diabète de type 2 et de certains types de cancer. Les Directives diététiques pour les Américains 2020 – 2025 de l’USDA nous indiquent en outre que pour perdre du poids, « les adultes doivent réduire le nombre de calories qu’ils tirent des aliments et des boissons et augmenter la quantité dépensée par l’activité physique. »

La suralimentation n'est pas la cause première de l'obésité

Cette approche de la gestion du poids repose sur le modèle centenaire de l’équilibre énergétique, selon lequel la prise de poids est due à une consommation d’énergie supérieure à la dépense. Dans le monde actuel, entouré d’aliments transformés très appétissants, fortement commercialisés et bon marché, il est facile pour les gens de consommer plus de calories que nécessaire, un déséquilibre qui est encore exacerbé par les modes de vie sédentaires d’aujourd’hui. Selon ce raisonnement, la suralimentation, associée à une activité physique insuffisante, est à l’origine de l’épidémie d’obésité. D’autre part, malgré des décennies de messages de santé publique exhortant les gens à manger moins et à faire plus d’exercice, les taux d’obésité et de maladies liées à l’obésité n’ont cessé d’augmenter.

Les auteurs de « The Carbohydrate-Insulin Model : A Physiological Perspective on the Obesity Pandemic« , un article publié dans The American Journal of Clinical Nutrition, mettent en évidence les failles fondamentales du modèle de l’équilibre énergétique et soutiennent qu’un autre modèle, le modèle glucido-insulinique, explique mieux l’obésité et la prise de poids. En outre, le modèle glucides-insuline ouvre la voie à des stratégies de gestion du poids plus efficaces et plus durables.

Selon l’auteur principal, le Dr David Ludwig, endocrinologue à l’hôpital pour enfants de Boston et professeur à la Harvard Medical School, le modèle de l’équilibre énergétique ne nous aide pas à comprendre les causes biologiques de la prise de poids : « Pendant une poussée de croissance, par exemple, les adolescents peuvent augmenter leur consommation alimentaire de 1 000 calories par jour. Mais leur suralimentation est-elle à l’origine de la poussée de croissance ou la poussée de croissance est-elle à l’origine de la faim et de la suralimentation de l’adolescent ? »

Contrairement au modèle de l’équilibre énergétique, le modèle glucido-insulinique fait une affirmation audacieuse : la suralimentation n’est pas la principale cause de l’obésité. Au contraire, le modèle glucides-insuline attribue une grande partie de la responsabilité de l’épidémie actuelle d’obésité aux modes d’alimentation modernes caractérisés par une consommation excessive d’aliments à charge glycémique élevée, en particulier les glucides transformés et rapidement digestibles. Ces aliments provoquent des réponses hormonales qui modifient fondamentalement notre métabolisme, entraînant le stockage des graisses, la prise de poids et l’obésité.

Lorsque nous mangeons des glucides hautement transformés, l’organisme augmente la sécrétion d’insuline et supprime la sécrétion de glucagon. Cela a pour effet d’inciter les cellules adipeuses à stocker davantage de calories, ce qui laisse moins de calories disponibles pour alimenter les muscles et les autres tissus métaboliquement actifs. Le cerveau perçoit que l’organisme ne reçoit pas assez d’énergie, ce qui entraîne une sensation de faim. En outre, le métabolisme peut ralentir dans le but de conserver le carburant. Ainsi, nous avons tendance à rester affamés, même si nous continuons à prendre de la graisse en excès.

Pour comprendre l’épidémie d’obésité, nous devons tenir compte non seulement de la quantité que nous mangeons, mais aussi de la façon dont les aliments que nous consommons affectent nos hormones et notre métabolisme. En affirmant que toutes les calories sont identiques pour l’organisme, le modèle d’équilibre énergétique passe à côté de cette pièce essentielle du puzzle.

Bien que le modèle glucides-insuline ne soit pas nouveau – ses origines remontent au début des années 1900 – la perspective de l’American Journal of Clinical Nutrition est la formulation la plus complète de ce modèle à ce jour, rédigée par une équipe de 17 scientifiques, chercheurs cliniques et experts en santé publique de renommée internationale. Ensemble, ils ont résumé les preuves de plus en plus nombreuses en faveur du modèle glucides-insuline. En outre, les auteurs ont identifié une série d’hypothèses vérifiables qui distinguent les deux modèles afin d’orienter les recherches futures.

L’adoption du modèle glucide-insuline plutôt que du modèle de l’équilibre énergétique a des implications radicales pour la gestion du poids et le traitement de l’obésité. Plutôt que d’inciter les gens à manger moins, une stratégie qui ne fonctionne généralement pas à long terme, le modèle glucido-insulinique propose une autre voie qui se concentre davantage sur ce que nous mangeons. Selon le Dr Ludwig, « la réduction de la consommation de glucides rapidement digestibles qui ont inondé l’alimentation à l’époque des régimes pauvres en graisses diminue la tendance sous-jacente à stocker les graisses corporelles. Par conséquent, les gens peuvent perdre du poids en ayant moins faim et en luttant moins. »

Les auteurs reconnaissent que des recherches supplémentaires sont nécessaires pour tester de manière concluante les deux modèles et, peut-être, pour générer de nouveaux modèles qui correspondent mieux aux preuves. À cette fin, ils appellent à un discours constructif et à « des collaborations entre scientifiques ayant des points de vue différents pour tester les prédictions dans le cadre de recherches rigoureuses et impartiales ».

Référence :

Ludwig DS, Aronne LJ, Astrup A, de Cabo R, Cantley LC, Friedman MI, Heymsfield SB, Johnson JD, King JC et Kruass RM, et al. The carbohydrate-insulin model : a physiological perspective on the obesity pandemic. Am J Clin Nutr, nqab270, https://doi.org/10.1093/ajcn/nqab270

Retour haut de page