Trois nouvelles études du CDC montrent que les vaccins Covid-19 résistent à la variante Delta.

Trois nouvelles études du CDC montrent que les vaccins Covid-19 résistent à la variante Delta.

Les vaccins COVID-19 résistent largement à la variante hypertransmissible du coronavirus delta, en particulier lorsqu’il s’agit de prévenir les maladies graves et les décès, selon trois études publiées vendredi par les Centers for Disease Control and Prevention.

Dans l’ensemble, les personnes entièrement vaccinées ont environ cinq fois moins de risques d’être infectées par la variante delta, dix fois moins de risques d’être hospitalisées à cause de la COVID-19 delta et onze fois moins de risques de mourir de cette variante, selon les études.

Ces nouvelles données arrivent juste un jour après l’annonce par le président Biden de la mise en place d’un programme de vaccination obligatoire – l’action la plus agressive de l’administration pour pousser les réfractaires à la vaccination à se faire vacciner. Environ 80 millions d’Américains pouvant être vaccinés n’ont pas encore reçu les vaccins gratuits et facilement disponibles. Pendant ce temps, le delta s’est répandu dans tout le pays comme une traînée de poudre depuis le mois de juin, entraînant l’une des plus fortes poussées de COVID-19 jamais enregistrées dans la pandémie. Actuellement, les États-Unis enregistrent près de 150 000 nouveaux cas par jour, avec 100 000 hospitalisations et plus de 1 500 décès quotidiens – presque tous évitables par la vaccination.

Tenir bon

Bien que la montée en puissance de la variante delta ait fait craindre une chute de l’efficacité des vaccins, les données suggèrent que les vaccins se maintiennent plutôt bien. L’efficacité des vaccins existants contre l’infection a quelque peu diminué avec la prédominance de la variante delta, mais la vaccination offre toujours une protection puissante, à la fois contre l’hospitalisation et contre le décès dû à la maladie.

Dans l’une des trois études, des chercheurs en santé publique ont examiné les données de plus de 600 000 cas de COVID-19 chez des adultes dans 13 juridictions américaines sur deux périodes : une période pré-delta du 4 avril au 19 juin, et une période post-delta du 20 juin au 17 juillet. Les chercheurs ont ensuite calculé les ratios normalisés par âge des cas, des hospitalisations et des décès entre les personnes entièrement vaccinées et les personnes non vaccinées pour chacune des deux périodes.

En termes d’infections, les personnes entièrement vaccinées avaient environ 11 fois moins de risques de contracter une infection dans la période précédant le delta, par rapport aux personnes non vaccinées (avec un intervalle de confiance de 95 % de 7,8 à 15,8). Ce rapport est passé à 4,6 fois moins de risques dans la période post-delta (avec un intervalle de confiance à 95 % de 2,5 à 8,5).

Pour les hospitalisations avant le delta, les personnes entièrement vaccinées avaient 13 fois moins de chances de se retrouver à l’hôpital que les personnes non vaccinées (intervalle de confiance de 11,3 à 15,6). Après le delta, ce ratio a légèrement diminué, passant à 10 fois moins de risques (intervalle de confiance de 8,1 à 13,3). Les personnes entièrement vaccinées avaient 16,6 fois moins de risques de mourir du COVID-19 avant le delta (intervalle de confiance de 13,5 à 20,4) et 11,3 fois moins de risques de mourir après le delta (intervalle de confiance de 9,1 à 13,9).

Ces résultats sont « cohérents avec un déclin potentiel de la protection vaccinale contre l’infection confirmée par le SRAS-CoV-2 et le maintien d’une forte protection contre les hospitalisations et les décès associés au COVID-19 », ont conclu les auteurs de l’étude.

Lorsqu’ils ont étoffé les données, en tenant compte de la couverture vaccinale au cours des deux périodes, les auteurs ont calculé des estimations approximatives de l’évolution de l’efficacité du vaccin dans les deux intervalles. Pour la protection vaccinale contre l’infection, ils ont estimé que l’efficacité a chuté de 91% à 78% avec le delta. Pour la protection contre les hospitalisations, l’efficacité semble passer de 92 % à 90 %, et pour le décès, de 94 % à 91 %.

Des signes de troubles

Il est troublant de constater que les baisses de protection étaient plus prononcées dans les groupes d’âge plus élevés, les personnes âgées de 65 ans et plus enregistrant des baisses plus importantes.

Cette conclusion a été reprise dans une deuxième étude publiée vendredi par les CDC, qui a examiné près de 33 000 cas de COVID-19 chez l’adulte provenant d’hôpitaux, de services d’urgence et de cliniques de soins urgents. Dans cette analyse, l’efficacité du vaccin post-delta contre l’hospitalisation semblait être d’environ 86 % dans l’ensemble. Cependant, lorsque les chercheurs ont réparti les données par âge, l’efficacité du vaccin contre les hospitalisations était de 89 % chez les personnes âgées de 18 à 74 ans, mais seulement de 76 % chez les personnes âgées de 75 ans et plus.

Dans une troisième étude, plus petite, portant sur un peu plus de 1 000 personnes dans cinq centres médicaux pour anciens combattants, les chercheurs ont à nouveau constaté une baisse de l’efficacité du vaccin contre l’hospitalisation en fonction de l’âge. Dans l’ensemble, les vaccins semblaient efficaces à environ 87 % pour prévenir l’hospitalisation dans le delta. La protection contre l’hospitalisation était exceptionnellement de 95 % pour les personnes âgées de 18 à 64 ans, mais seulement de 80 % pour les personnes âgées de 65 ans et plus.

Pour l’instant, on ne sait pas si les baisses observées dans les études sont dues à la puissance de la variante delta elle-même, à un affaiblissement de la protection au fil du temps depuis la vaccination initiale, ou à un peu des deux. Quoi qu’il en soit, les données publiées aujourd’hui seront probablement déterminantes pour les décisions à venir concernant le calendrier et la disponibilité des injections de rappel aux États-Unis.

L’administration Biden a annoncé qu’elle était prête à offrir des doses de rappel à tous les Américains âgés de 12 ans et plus à partir de la semaine du 20 septembre. Cependant, la Food and Drug Administration (FDA) n’a pas encore donné son accord pour les rappels et des rapports ont déjà fait état de frustrations internes au sein de l’organisme de réglementation concernant les plans préliminaires de l’administration. En outre, le comité consultatif du CDC qui définit les orientations officielles sur l’utilisation des vaccins ne se réunira pas avant le 29 septembre, ce qui soulève d’autres questions sur les décisions imminentes concernant les rappels.

Retour haut de page