Néphropathie IgA Maladie rénale auto-immune

Urine testing

Vos reins sont deux organes en forme de haricot situés sous votre cage thoracique. Leur principale fonction est de filtrer le sang afin de débarrasser le corps des déchets et du liquide supplémentaire.

La néphropathie à immunoglobuline A (néphropathie à IgA) est un problème rénal qui affecte le glomérule, un réseau complexe de vaisseaux sanguins responsables de cette fonction de filtration du sang.

Chacun de vos reins contient environ un million de néphrons, et chaque néphron contient un glomérule. Ces glomérules ou réseaux massifs de vaisseaux sanguins filtrent délicatement votre sang. Ils envoient les déchets et les liquides (comme l’urine) à la vessie et libèrent le sang et d’autres molécules plus grosses, comme les protéines, qui retournent dans le sang.

Normalement, le système immunitaire d’une personne libère l’anticorps, l’immunoglobuline A, en réponse à une sorte de déclencheur comme une infection virale. Mais chez les personnes atteintes de néphropathie à IgA, l’immunoglobuline A s’accumule et se dépose dans les glomérules des reins.

Cette accumulation d’immunoglobuline A provoque une inflammation des reins, et éventuellement une cicatrisation, ce qui rend difficile la fonction de filtrage des glomérules. Il peut en résulter une insuffisance rénale.

Statistiques

En Amérique du Nord, environ deux fois plus d’hommes que de femmes sont atteints de néphropathie à IgA, et cela concerne aussi bien les enfants que les adultes. En plus d’être plus fréquente chez les hommes, la néphropathie à IgA est plus fréquente chez les Caucasiens et les Asiatiques et rare chez les Afro-Américains.

Symptômes

Les deux symptômes les plus courants de la néphropathie à IgA sont la présence de sang dans l’urine, qui donne à l’urine un aspect couleur thé, et la présence de protéines dans l’urine, qui peut donner à l’urine un aspect mousseux.

Cependant, la majorité des personnes atteintes de néphropathie à IgA ne présentent aucun symptôme. Si une personne constate la présence de sang dans ses urines et qu’elle est atteinte de néphropathie à IgA, c’est généralement après une infection virale comme un rhume, un mal de gorge ou une infection respiratoire.

Diagnostic

Un médecin peut soupçonner que vous ou un de vos proches êtes atteint de néphropathie à IgA en se basant sur une histoire minutieuse, ainsi que sur des preuves d’analyses d’urine et de sang. Pour confirmer le diagnostic, un néphrologue (un médecin spécialisé dans les maladies rénales) prélèvera un petit morceau de tissu rénal. Cette procédure s’appelle une biopsie et se fait en plaçant une aiguille dans le dos, où l’on peut facilement accéder à un rein.

Après la biopsie, un pathologiste examinera le tissu rénal au microscope et le colorera pour voir s’il y a ou non des dépôts d’IgA. S’il y a des signes d’accumulation d’IgA, le diagnostic de néphropathie à IgA sera confirmé.

Il est important de noter que les médecins ne pratiquent pas nécessairement une biopsie rénale sur chaque personne qui a du sang ou des protéines microscopiques dans son urine.

Au contraire, si vous avez du sang ou des protéines dans vos urines, votre médecin peut surveiller vos urines et la fonction rénale tous les six à douze mois environ. Il peut alors effectuer une biopsie si votre fonction rénale commence à décliner (comme le montre un taux de créatinine élevé lors d’une analyse sanguine) ou si vous commencez à avoir des pertes de protéines plus importantes dans vos urines (protéinurie).

Une pression artérielle élevée peut également expliquer pourquoi votre médecin pratique une biopsie rénale (s’il y a également du sang et/ou des protéines dans l’urine).

Traitement

Chez les personnes atteintes de néphropathie à IgA, environ 20 à 40 % développent très lentement (sur des années, voire des décennies) une insuffisance rénale terminale (appelée maladie rénale terminale, ou MRT).

En fonction d’un certain nombre de facteurs liés à votre néphropathie à IgA, votre médecin peut vous traiter avec des médicaments pour ralentir la progression de votre maladie rénale. Ces médicaments comprennent les inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine (ECA) ou les antagonistes des récepteurs de l’angiotensine II (ARA) pour contrôler votre pression artérielle. Des compléments alimentaires à base d’huile de poisson sont également généralement recommandés.

Votre médecin peut également traiter l’inflammation associée à la néphropathie à IgA en vous administrant des stéroïdes comme la prednisone.

Si votre maladie rénale évolue vers un stade terminal, vous pouvez être traité par dialyse ou par une greffe de rein.

Bien que la transplantation rénale soit une option, elle n’est pas considérée comme un remède, car la néphropathie à IgA peut se reproduire dans le rein nouvellement transplanté.

Que vous ou un de vos proches soyez atteint de néphropathie à IgA, d’une autre maladie rénale ou que vous ayez du sang et/ou des protéines dans vos urines, assurez-vous de suivre les conseils de votre médecin.

Cela reste particulièrement vrai pour la néphropathie à IgA, car il est très difficile pour les médecins de prédire qui va s’en sortir et qui va développer une maladie rénale en phase terminale.

Sources des articles

  1. Institut national du diabète et des maladies digestives et rénales. Néphropathie IgA. Mis à jour en novembre 2015.
Retour haut de page