La régurgitation aortique signifie une valve qui fuit

Shortness of breath causes man to clutch his chest

Lors de la régurgitation aortique, la valve aortique présente une fuite. Une valve aortique qui fuit entraîne souvent des problèmes cardiaques importants.

La valve aortique garde l’ouverture entre le ventricule gauche et l’aorte. La valve aortique s’ouvre lorsque le ventricule gauche commence à pomper, ce qui permet au sang de sortir du cœur et d’entrer dans l’aorte. Lorsque le ventricule a fini de battre, la valve aortique se ferme pour empêcher le sang de refluer dans le ventricule gauche.

Lorsque vous développez une régurgitation aortique, votre valve aortique ne se ferme pas complètement, ce qui permet au sang de refluer de l’aorte vers le ventricule gauche. Cette « régurgitation » du sang fait que le cœur travaille beaucoup plus fort, et le stress supplémentaire subi par le cœur peut entraîner une insuffisance cardiaque et d’autres problèmes importants.

Les causes de la régurgitation aortique

Plusieurs troubles médicaux peuvent provoquer des régurgitations aortiques. Il s’agit notamment de

    • Endocardite. L’endocardite (infection des valves cardiaques) peut entraîner une détérioration de la valve aortique, produisant des régurgitations.
    • Valvule aortique bicuspide. La régurgitation aortique peut être provoquée par une valvule bicuspide, une affection congénitale dans laquelle la valvule aortique ne se compose que de deux « cuspides » (c’est-à-dire des lamelles) au lieu des trois normales. Les valvules aortiques bicuspides sont particulièrement sujettes à la formation de dépôts de calcium, qui provoquent souvent une sténose aortique. Les patients atteints d’une valve aortique bicuspide peuvent donc développer à la fois une sténose et une régurgitation.
    • Les maladies cardiaques rhumatismales**.** Jusqu’à la seconde moitié du 20e siècle, les maladies cardiaques rhumatismales étaient la principale cause de régurgitation aortique dans le monde. Avec l’arrivée des antibiotiques, les maladies cardiaques rhumatismales sont devenues relativement rares dans le monde développé. Cependant, elle reste la principale cause de régurgitation aortique dans les pays en développement.
    • Régurgitation aortique congénitale. Plusieurs types de cardiopathies congénitales peuvent provoquer des régurgitations aortiques, notamment le syndrome de Turner, la tétralogie de Fallot et le tronc artériel.
    • Dilatation de la racine aortique. La racine aortique est la partie de l’aorte située immédiatement au-dessus de la valve aortique. Plusieurs conditions peuvent entraîner la dilatation ou l’expansion de la racine aortique. Cette dilatation peut déformer la valve aortique elle-même, provoquant une régurgitation. Parmi les causes de la dilatation de la racine aortique, on peut citer l’hypertension chronique, l’aortite (inflammation de l’aorte, qui peut être causée par des maladies comme la syphilis), les lésions thoraciques, la dissection aortique (déchirure soudaine de la paroi de l’aorte, causée par une maladie vasculaire dégénérative) et le syndrome de Marfan.

    Quels sont les problèmes causés par la régurgitation aortique ?

    Lors de la régurgitation aortique, le ventricule gauche doit travailler beaucoup plus fort afin d’alimenter les tissus de l’organisme avec une quantité suffisante de sang. Plus précisément, à chaque battement de cœur, le ventricule doit pomper tout le sang dont le corps a besoin, plus la quantité de sang qui régurgite dans le ventricule. Ce volume de sang supplémentaire entraîne l’épaississement du muscle cardiaque (ou « hypertrophie ») et provoque la dilatation du ventricule gauche, ainsi que la chute de la fraction d’éjection du ventricule gauche.

    Ce stress supplémentaire sur le ventricule gauche peut finalement conduire à une insuffisance cardiaque et à des arythmies cardiaques telles que la fibrillation auriculaire, la tachycardie ventriculaire et la fibrillation ventriculaire.

    Les formes légères de régurgitation aortique ne produisent généralement aucun symptôme. Cependant, si la régurgitation s’aggrave, le ventricule est plus sollicité et l’insuffisance cardiaque commence à se développer. À ce stade, une personne souffrant de régurgitation aortique commencera à remarquer une dyspnée (essoufflement) à l’effort et à une fatigue précoce. Ces symptômes s’aggravent à mesure que la régurgitation devient plus importante, et peuvent finalement devenir assez graves.

    Les régurgitationsaortiques aiguës

    sont le plus souvent causées par une endocardite, une dissection aortique ou un traumatisme thoracique. La régurgitation aortique aiguë entraîne souvent une insuffisance cardiaque soudaine et grave, et ne peut être traitée que par une chirurgie de remplacement valvulaire d’urgence.

    Comment la régurgitation aortique est-elle diagnostiquée ?

    Le diagnostic de régurgitation aortique est assez simple. La régurgitation aortique provoque un souffle cardiaque caractéristique que la plupart des médecins reconnaissent immédiatement. Le diagnostic peut être facilement confirmé ou infirmé à l’aide d’un échocardiogramme.

    L’évaluation de la gravité de la régurgitation aortique est importante lorsqu’il s’agit de décider si, ou quand, il est nécessaire de proposer une thérapie chirurgicale. Si l’échocardiogramme est souvent très utile pour mesurer la gravité du problème valvulaire, une IRM cardiaque et/ou un cathétérisme cardiaque peuvent être nécessaires pour compléter l’évaluation.

    Traitement

    En fin de compte, le traitement de la régurgitation aortique nécessite le remplacement chirurgical de la valve endommagée. Les médicaments qui dilatent les vaisseaux sanguins (le plus souvent, les inhibiteurs calciques ou les inhibiteurs de l’ECA) peuvent aider à réduire la quantité de sang qui retourne dans le ventricule gauche et peuvent aider à contrôler les symptômes.

    Certaines personnes présentant une légère régurgitation aortique n’ont jamais besoin d’être opérées. Mais la régurgitation aortique est un problème mécanique, et pour vraiment y faire face, il faut une solution mécanique.

    Le moment optimal de l’intervention chirurgicale est très important. En règle générale, la chirurgie de la valve aortique doit être effectuée juste avant que la régurgitation aortique ne commence à produire des symptômes. Des examens physiques périodiques et surtout des échocardiogrammes périodiques sont utiles pour optimiser le moment de l’opération.

    Une autre décision importante est le type de valve de remplacement qui sera utilisé. Les valvules aortiques prothétiques sont soit entièrement fabriquées par l’homme (valvules mécaniques), soit fabriquées à partir de la valve cardiaque d’un animal, généralement un porc (valve bioprothétique). Le choix du type de valve artificielle à utiliser dépend de l’âge du patient et de la prise éventuelle d’anticoagulation chronique.

    Toutes les valvules cardiaques artificielles ont une propension accrue à former des caillots sanguins. Cependant, la coagulation du sang pose moins de problèmes avec les bioprothèses qu’avec les valves mécaniques, de sorte que les personnes ayant une valve bioprothétique n’ont pas besoin de prendre un anticoagulant, alors que celles ayant une valve mécanique en prennent toujours un. D’autre part, les valves mécaniques durent généralement plus longtemps que les valves bioprothétiques.

    En outre, un type de remplacement valvulaire aortique peu invasif est désormais approuvé par la FDA : l’implantation d’une valve aortique par transcathétérisme, ou TAVI. Bien que la chirurgie pour le TAVI soit nettement moins invasive que pour le remplacement valvulaire typique, cette procédure comporte toujours un risque substantiel. En général, elle est aujourd’hui réservée aux patients jugés « trop malades » pour un remplacement valvulaire standard. Toutefois, à mesure que l’expérience du TAVI s’accumulera, elle sera sans doute accessible à des catégories plus larges de patients qui ont besoin d’un remplacement valvulaire aortique.

    Donc : Si vous avez besoin d’un remplacement valvulaire pour une régurgitation aortique, que vous avez moins de 65 ou 70 ans et que vous pouvez prendre un anticoagulant, votre médecin vous recommandera probablement une valve mécanique. Si vous avez plus de 65 ou 70 ans, ou si vous ne pouvez pas prendre d’anticoagulant, une valve bioprothétique sera probablement recommandée. Si votre risque chirurgical est jugé très élevé, il faut envisager un TAVI.

    est qu’il y a des avantages et des inconvénients à tous les types de remplacement valvulaire. Le choix du type de valve optimal devrait être une décision partagée entre vous et votre médecin.

    La régurgitation aortique – une valve aortique qui fuit – est potentiellement un problème grave. Si la régurgitation devient suffisamment grave, le remplacement de la valve aortique sera nécessaire pour prévenir l’apparition d’une insuffisance cardiaque et d’autres problèmes cardiaques.

    Sources des articles

    1. Enriquez-Sarano M, Tajik AJ. Pratique clinique. Régurgitation aortique. N Engl J Med 2004 ; 351:1539. DOI:10.1056/NEJMcp030912
    2. Gabriel RS, Renapurkar R, Bolen MA, et al. Comparaison de la gravité des régurgitations aortiques par résonance magnétique cardiovasculaire et par échocardiographie transthoracique. Am J Cardiol 2011 ; 108:1014. DOI:10.1016/j.amjcard.2011.05.034
    3. Groupe de travail conjoint sur la gestion des maladies cardiaques valvulaires de la Société européenne de cardiologie (ESC), Association européenne de chirurgie cardio-thoracique (EACTS), Vahanian A, et al. Lignes directrices sur la gestion des maladies cardiaques valvulaires (version 2012). Eur Heart J 2012 ; 33:2451. DOI:10.1093/eurheartj/ehs109
    4. Urena M, Himbert D, Ohlmann P, et al. Transcatheter Aortic Valve Replacement to Treat Pure Aortic Regurgitation on Noncalcified Native Valves. J Am Coll Cardiol 2016 ; 68:1705. DOI:10.1016/j.jacc.2016.07.746

    Lectures complémentaires

    • Nishimura RA, Otto CM, Bonow RO, et al. 2014 AHA/ACC guideline for the management of patients with valvular heart disease : a report of the American College of Cardiology/American Heart Association Task Force on Practice Guidelines. J Am Coll Cardiol 2014 ; 63:e57.
    Retour haut de page