Comment prévenir l’exposition à une trop grande quantité de radiations médicales

A woman about to receive a CT scan

La quantité de radiations utilisées sur les patients à des fins de diagnostic et de traitement médical a été remise en question ces dernières années. Si peu d’experts doutent des avantages parfois vitaux d’une utilisation correcte des radiations au bon moment, d’autres soulignent que leur surutilisation peut être dangereuse pour les patients.

Comme pour tout ce qui est bon et utile, il faut trouver un équilibre dans l’utilisation des radiations. Les patients intelligents comprennent ce qu’est un rayonnement, comment il est utilisé médicalement, les risques et les récompenses, ainsi que les avantages et les dangers de l’utilisation des rayonnements pour leurs soins médicaux.

Qu’est-ce que les radiations ?

Les radiations sont une forme d’énergie qui se produit naturellement et qui peut être exploitée pour être utilisée de manière plus intentionnelle. Les radiations ne sont pas différentes de l’électricité, qui se produit naturellement sous forme d’éclairs ou d’électricité statique, mais qui peut être exploitée pour faire fonctionner des équipements ou simplement pour allumer les lumières. Selon la façon dont l’électricité est utilisée, elle peut être très utile ou peut nous tuer par surexposition.

Il en va de même pour les radiations. Nous sommes exposés à des quantités infimes de radiations par des voies naturelles telles que le soleil, le sol, les roches, l’eau et l’air. De très faibles niveaux de rayonnement sont transmis par des objets quotidiens fabriqués par l’homme, tels que les téléviseurs et les radios, les téléphones portables, les ouvre-portes automatiques de garage, les fours à micro-ondes, tout ce qui dépend de certains types d’ondes radio pour fonctionner. Des quantités beaucoup plus importantes et plus dangereuses de radiations sont générées par des objets tels que les centrales nucléaires ou les équipements médicaux utilisés pour l’imagerie et les traitements.

Comment les radiations sont-elles utilisées à des fins médicales ?

Repensez à votre vie de soins médicaux. Avez-vous déjà subi un scanner (« cat » – tomographie assistée par ordinateur), une TEP (tomographie par émission de positons), ou même une radiographie ? Tous trois utilisent des radiations pour aider à diagnostiquer des problèmes médicaux. Vous les connaissez peut-être aussi sous d’autres noms. Les mammographies utilisent les radiations pour diagnostiquer le cancer du sein. Les scanners DXA (DEXA) utilisent les rayons X pour diagnostiquer l’ostéoporose.

En plus du diagnostic, les radiations sont également un outil de traitement médical. Le cancer du sein, le cancer de la prostate, le cancer du poumon et d’autres cancers peuvent être traités par radiothérapie pour tenter de réduire ou de détruire les tumeurs ou d’autres cellules cancéreuses. La radio-oncologie est le terme utilisé pour décrire cette forme de traitement.

Pour les traitements anticancéreux, un faisceau de rayonnement très spécifique et ciblé est dirigé sur les points problématiques cancéreux, et l’énergie du rayonnement est ensuite utilisée pour tuer les mauvaises cellules et détruire ces tumeurs. Grâce à la précision du ciblage, les cellules saines des zones environnantes seront épargnées.

Les différents tests médicaux basés sur les radiations, comme les scanners, ne sont pas aussi ciblés. Ils produisent des images plus larges, couvrant à la fois les tissus et les organes sains et endommagés par le cancer.

Qu’est-ce qui est excessif ?

En ce qui concerne les applications médicales, il ne semble pas y avoir de directives spécifiques qui nous disent quelle quantité de radiations est trop importante. De plus, la définition de « trop » peut varier d’un patient à l’autre.

Par exemple, le patient qui reçoit une radiothérapie bien ciblée pour détruire une tumeur recevra des doses beaucoup plus élevées que celui qui subit un scanner. Cette quantité d’exposition est tout à fait appropriée pour le patient cancéreux à ce moment-là, mais si une personne en bonne santé a été exposée à une telle quantité de radiations en général, cela pourrait être trop. À l’extrême, les surdoses médicales sont appelées « empoisonnement par les radiations », « maladie des radiations » ou « syndrome aigu des radiations ».

Une combinaison de la quantité et de la fréquence d’exposition, de la partie du corps et de la période de temps sont les facteurs qui permettent de définir s’il y a eu surexposition. Ainsi, par exemple, plusieurs douzaines de mammographies au cours d’une vie ne posent pas de problème, tandis qu’une douzaine de scanners en un an pourraient surexposer une patiente.

Dans certains cas, « trop » est le résultat d’erreurs. Ces doses élevées utilisées à des fins de radio-oncologie peuvent être nocives si le faisceau n’est pas ciblé avec précision. Les patients peuvent faire une overdose lorsque l’équipement de contrôle des radiations n’a pas été correctement calibré, ou lorsqu’un être humain fait une erreur en entrant les paramètres de dosage.

L’argent peut également être un facteur. Dans les systèmes médicaux axés sur le profit, ou dans les régions où la médecine défensive est pratiquée, des études montrent que les patients subissent davantage de ces tests basés sur les radiations que dans les régions où ce n’est pas un facteur. Ces tests supplémentaires pourraient entraîner une surexposition aux radiations.

Si nous sommes exposés à trop de radiations

Une exposition trop importante aux radiations cause des problèmes à court et à long terme.

Lorsque le corps est sur-radié, les cellules et les tissus sains sont détruits. Des symptômes peuvent apparaître peu de temps après la surexposition (quelques heures ou quelques jours), tels que nausées, vomissements, diarrhée, évanouissement, perte de cheveux, brûlures ou desquamation de la peau, perte de cheveux, etc.

Une trop forte exposition aux rayonnements pendant une certaine période peut entraîner des maladies chroniques telles que le cancer, voire la mort. Une surexposition extrême en une seule fois (qui peut se produire en cas de dysfonctionnement des machines) peut entraîner la mort.

Comment limiter votre exposition aux rayonnements médicaux

Premièrement, évaluer le risque par rapport à la récompense. Vous pouvez souvent faire cette évaluation en discutant avec votre médecin. Par exemple, en matière de traitement du cancer, la destruction ou la réduction de la taille d’une tumeur vaudra probablement le risque de la charge de radiation. Cependant, si vous décidez d’obtenir un deuxième ou un troisième avis sur votre diagnostic, et que chaque médecin insiste pour effectuer son propre scanner plutôt que de se contenter de lire celui que vous avez déjà subi, alors l’exposition peut être inutile. Discutez de vos préoccupations avec votre médecin pour déterminer s’il existe une alternative acceptable.

Si vous êtes enceinte ou si vous pensez l’être, n’oubliez pas de le mentionner à votre médecin. L’exposition pendant la grossesse peut être nocive pour votre bébé.

Si vous allez subir une radiothérapie contre le cancer, il peut être utile de demander à votre oncologue quelle dose sera utilisée, puis de demander au technicien de confirmer cette dose, juste pour comparer les notes. Si les réponses ne sont pas les mêmes, demandez à quelqu’un de revérifier.

Lorsque vous passerez un test médical à la source de radiation, demandez qu’il couvre les parties de votre corps qui ne sont pas testées. Un bon exemple est la façon dont votre dentiste couvre votre torse et votre estomac avant de faire une radiographie de vos dents.

Gardez une trace de tous vos examens médicaux, en particulier les tests de type radiologique comme les rayons X, les scanners et les PET scanners. (Remarque – les IRM n’utilisent pas de radiations, mais il est judicieux de les suivre également.) Faites une liste qui inclut la date du test, le type de test et ce qui a été testé. La prochaine fois qu’un médecin vous prescrit un de ces tests, montrez-lui la liste et demandez-lui s’il existe un autre test pour prévenir la surexposition aux rayonnements.

Si vous souhaitez suivre votre propre exposition aux radiations, il existe des outils pour le faire. L’EPA dispose d’un outil pour vous aider à calculer votre dose de radiation. Il existe également des applications telles que le Radiation Passport.


Sources des articles

  1. Commission de réglementation nucléaire des États-Unis. Sources de fond naturel. Mis à jour le 2 octobre 2017.
  2. Société américaine du cancer. Micro-ondes, ondes radio et autres types de radiofréquences. Mis à jour le 2 novembre 2018.
  3. Société américaine du cancer. Comprendre le risque de rayonnement à partir de tests d’imagerie. Mis à jour le 3 août 2018.
  4. Institut national du cancer. La radiothérapie pour traiter le cancer. Mis à jour le 8 janvier 2019.
  5. MedlinePlus. Radiation sickness. Mis à jour le 23 juin 2019.
  6. Papakostidi A, Tolia M, Tsoukalas N. Quality assurance in Health Services : the paradigm of radiotherapy. J BUON. 2014;19(1):47–52.
  7. Kainberger F. Defensive medicine and overutilization of imaging-an issue of radiation protection. Wien Klin Wochenschr. 2017;129(5-6):157-158. doi:10.1007/s00508-016-1089-3
  8. Centres de contrôle et de prévention des maladies. Radiation et grossesse : une fiche d’information pour le public. Mise à jour le 15 novembre 2011.
  9. Agence pour la protection de l’environnement. Calculez votre dose de radiation.
  10. Baerlocher MO, Talanow R, Baerlocher AF. Passeport radiologique : une application pour iPhone et iPod touch permettant de suivre la dose de radiation et d’estimer les risques de cancer associés. J Am Coll Radiol. 2010;7(4):277-280. doi:10.1016/j.jacr.2009.09.016
Retour haut de page