Médicaments contre les douleurs dorsales ou cervicales – Que peuvent faire les over-the-counters pour vous ?

Lorsque vous cherchez un soulagement immédiat de vos douleurs dorsales ou cervicales, votre médecin vous suggérera probablement de prendre un médicament antidouleur en vente libre. Mais il en existe plusieurs types, et l’astuce consiste à savoir lequel choisir et pourquoi.

Parlons d’abord des « types » d’antidouleurs en vente libre. Ils se distinguent par le « principe actif », qui est la substance chimique qui apporte les modifications, par exemple, pour soulager la douleur, réduire l’inflammation, etc. qui sont indiquées sur les étiquettes des emballages de médicaments. (Les ingrédients actifs peuvent également provoquer des effets secondaires, ce qui peut donc jouer un rôle dans votre décision de prendre un médicament plutôt qu’un autre).

Comme vous le verrez, les principes actifs peuvent être regroupés en classes de médicaments. En ce qui concerne les médicaments antidouleur en vente libre, les deux principales classes sont les AINS (anti-inflammatoires non stéroïdiens) et les analgésiques (analgésiques). Parfois, un médicament sert les deux objectifs, parfois non.

Tous les médicaments décrits ici, sauf un, sont des AINS en vente libre, qui peuvent réduire la douleur, la fièvre et l’inflammation. Les inhibiteurs de la COX-2, un autre type d’AINS, peuvent également être utiles pour traiter vos symptômes, mais ces médicaments ne sont disponibles que sur ordonnance.

Enfin, les médicaments dont il est question ci-dessous sont disponibles sur ordonnance à des doses plus élevées.

1

Aspirine

OTC Pain Meds

L’aspirine est peut-être le plus ancien médicament anti-inflammatoire connu de l’humanité. L’acide acétylsalicylique, le principe actif de l’aspirine, est utilisé comme analgésique depuis des siècles, voire des millénaires (sous diverses formes).

En tant qu’AINS, l’aspirine ne réduit pas seulement les douleurs dorsales ou cervicales, elle joue également un rôle dans le contrôle de l’inflammation, ce qui peut être utile à la suite d’une blessure ou d’un traumatisme.

Le principe actif de l’aspirine fait son travail en freinant la production de prostaglandines, qui sont des substances chimiques de courte durée dans le corps, responsables de l’inflammation, ainsi que de la douleur.

Bien que rare, l’aspirine peut avoir des effets secondaires graves, dont les problèmes d’estomac ne sont pas les moindres. Mais contrairement aux autres AINS, l’aspirine, lorsqu’elle est utilisée correctement, peut améliorer la santé cardiovasculaire. Parlez-en à votre médecin si vous souhaitez en savoir plus.

C’est pourquoi de nombreux experts estiment que, de tous les AINS, l’aspirine est le meilleur choix. La People’s Pharmacy, qui est à la fois un site web informatif et une émission de radio diffusée sur la radio publique nationale, fait cette déclaration :

« Si nous étions bannis sur une île déserte et que nous ne pouvions prendre qu’un seul analgésique, nous choisirions l’aspirine. »

La raison, selon eux, est qu’en plus de soulager la douleur et de réduire l’inflammation, l’aspirine contribue à réduire

le risque d’événements cardiovasculaires tels que les crises cardiaques ou les accidents vasculaires cérébraux. Et, selon la People’s Pharmacy, les preuves suggèrent que l’aspirine pourrait également avoir des effets bénéfiques sur la lutte contre le cancer.
2

Ibuprofène

Pain relievers

L’ibuprofène est un médicament anti-inflammatoire que certaines personnes prennent pour réduire la douleur aiguë, la sensibilité, le gonflement et la raideur dus à l’arthrite. L’ibuprofène est également utilisé pour soulager les douleurs musculaires et calmer les douleurs dues à la tension dorsale.

Parmi les marques déposées, on trouve Motrin, Advil et Nuprin.

Comme l’aspirine, l’ibuprofène est un AINS, ce qui signifie qu’il ne réduit pas seulement les douleurs dorsales ou cervicales, mais joue un rôle dans l’endiguement du processus (d’inflammation) lui-même. Les médicaments anti-inflammatoires dont l’ibuprofène est le principe actif inhibent la production de prostaglandines, et donc l’inflammation et la douleur.

Les effets secondaires peuvent inclure des problèmes d’estomac et des événements cardiovasculaires.

En 2015, la FDA, sur la base de recherches actualisées, a renforcé les exigences de formulation pour les fabricants sur les emballages d’ibuprofène et les étiquettes de Drug Facts. Cette mesure visait à informer le public sur les risques spécifiques associés à ce principe actif.

L’un des principaux avertissements de cette nouvelle mise à jour est que le risque d’accident vasculaire cérébral ou de crise cardiaque est présent beaucoup plus tôt dans le traitement que les experts ne le croyaient à l’origine.

« Il n’y a pas de période d’utilisation sans risque », déclare Judy Racoosin, M.D., M.P.H., directrice adjointe de la division des produits d’anesthésie, d’analgésie et de toxicomanie de la FDA.

Pour vous protéger contre une surdose involontaire (et donc contre un risque accru d’effets secondaires graves, voire mortels), la FDA conseille de regarder les ingrédients actifs figurant sur l’étiquette « Drug Facts » de chaque médicament que vous prenez, et de vous assurer qu’un seul d’entre eux contient un AINS. En d’autres termes, ne prenez pas plus d’un AINS à la fois.

Un autre avertissement est que les personnes qui souffrent déjà d’une maladie cardiovasculaire ou qui ont subi un pontage cardiaque sont les plus exposées au risque d’accident cardiovasculaire associé à la prise d’ibuprofène ou d’un autre AINS.

Si vous avez déjà eu une crise cardiaque, votre risque d’en avoir une autre (et peut-être même d’en mourir) est également plus élevé.

Mais tout le monde, quel que soit son état de santé cardiovasculaire, court un risque plus élevé de prendre de l’ibuprofène, nous informe la FDA.

3

Naproxen

Taking medication

Le naproxène, un autre AINS, est utilisé pour soulager la douleur due à la tension musculaire et à l’arthrite. Cela inclut l’arthrose et l’arthrite inflammatoire telle que la spondylarthrite ankylosante. ​​

Comme les autres anti-inflammatoires, le naproxène agit en grande partie en inhibant la formation de prostaglandines.

Parmi les noms de marque, citons Aleve et Naprosyn.

Notez que si tous les AINS (à l’exception peut-être de l’aspirine) augmentent votre risque de crise cardiaque ou d’accident vasculaire cérébral, au moins une étude indique que c’est le naproxène qui l’augmente le moins.

Cela peut s’expliquer par le fait que le naproxène est un médicament à action prolongée, alors que l’ibuprofène est à action brève. Un médicament à action prolongée n’a pas besoin d’être pris aussi fréquemment, ce qui vous expose moins au risque d’effets secondaires du médicament.

Les effets secondaires liés à la prise d’AINS (c’est-à-dire les ulcères d’estomac et/ou les saignements) augmentent avec la durée de la prise de ce type de médicament. Il est donc préférable de ne prendre que la plus petite dose nécessaire pour soulager la douleur.

4

Tylenol (acétaminophène)

Pain medication

Le Tylenol est l’analgésique le plus fréquemment utilisé sur le marché. Il peut être pris pour un soulagement à court terme lorsque vous avez des douleurs légères ou modérées au dos ou au cou. Ce n’est pas un AINS.

Le Tylenol aide à soulager les douleurs dorsales d’origine musculaire et/ou l’arthrite. Il peut agir en réduisant la quantité de substance chimique du cerveau qui excite les signaux de douleur, affectant ainsi le système nerveux central. Il exerce également un effet refroidissant en inhibant les prostaglandines qui jouent un rôle dans le centre de régulation thermique du cerveau.

Mais si vous avez des problèmes de foie, ou si vous consommez beaucoup d’alcool, vous devriez faire attention quand il s’agit de Tylenol. Il est très facile d’en prendre trop, ce qui peut entraîner une toxicité hépatique grave ou mortelle.

5

Les médicaments contre la douleur sont-ils vraiment pour vous ?

Overweight mature person with lower back pain

Les auteurs d’une étude de 2017 publiée dans la revue Medicine

rapportent que si la plupart des plaintes concernant le cou et le dos adressées aux médecins disparaissent avec le temps, elles ont tendance à revenir (récidive).

Cette relation entre la douleur et la fréquence est particulièrement forte, disent-ils, entre les premiers épisodes et les suivants. Plus précisément, plus le premier épisode dure longtemps, plus la lombalgie risque de revenir plus tard. Et à chaque fois, elle sera plus grave et causera probablement plus de handicaps.

Ainsi, votre premier épisode de lombalgie peut aggraver les suivants, et peut également contribuer à une affection dorsale chronique à long terme, pour ne rien arranger.

Les auteurs soulignent que la douleur dorsale est l’une des cinq principales conditions invalidantes aux États-Unis.

Compte tenu de tout cela, vous voudrez peut-être vous assurer que la prise de médicaments pour vos douleurs dorsales ou cervicales est, en fait, votre meilleure ligne de conduite.

Une autre étude de 2017, publiée dans les Annals of Rheumatic Diseases

, compare la prise d’AINS pour les douleurs de la colonne vertébrale à l’inaction.

Si les AINS ont aidé à soulager la douleur, ce n’était pas tant que ça. En fait, les auteurs concluent qu’il n’existe pas vraiment d’analgésiques de type simple qui soient suffisamment efficaces (par rapport au placebo).

Et lorsque vous prenez en compte le risque de saignement du tube digestif et/ou d’ulcères, et/ou le risque élevé de crise cardiaque ou d’accident vasculaire cérébral, vous pouvez vouloir repenser votre stratégie de soulagement de la douleur – surtout si votre douleur est assez légère.

Une stratégie très populaire que vous pourriez essayer est l’exercice physique.

Une étude publiée en 2014 dans le Ochsner Journal

a montré que le renforcement des muscles extenseurs du bas du dos et/ou du cou (qui sont situés dans le dos et vous aident à vous cambrer plutôt qu’à fléchir ou à arrondir votre colonne vertébrale) aide à réduire la douleur et peut vous aider à surmonter rapidement de nombreux types de problèmes de colonne vertébrale. Lorsque vous consultez un médecin au sujet de vos douleurs cervicales ou dorsales, envisagez d’adopter une approche proactive en lui demandant une ordonnance de kinésithérapie.
Sources des articles

  1. Katz JA. Inhibition de la COX-2 : ce que nous avons appris – une mise à jour controversée des données de sécurité. Médicaments anti-douleur. 2013;14 Suppl. 1:S29-34. doi:10.1111/pme.12252
  2. Ricciotti E, FitzGerald GA. Prostaglandines et inflammation. Arterioscler Thromb Vasc Biol. 2011;31(5):986-1000. doi:10.1161/ATVBAHA.110.207449
  3. La pharmacie du peuple. Aspirine contre AINS : Qu’est-ce qui est le mieux?
  4. La Food and Drug Administration américaine. La FDA renforce l’avertissement sur le risque de crise cardiaque et d’accident vasculaire cérébral pour les anti-inflammatoires non stéroïdiens. Mise à jour le 9 juin 2015.
  5. Effets vasculaires et gastro-intestinaux supérieurs des anti-inflammatoires non stéroïdiens : méta-analyses de données individuelles de participants à des essais randomisés. The Lancet. 2013;382(9894):769-779. doi:10.1016/s0140-6736(13)60900-9.
  6. Goldstein JL, Cryer B. Gastrointestinal injury associated with NSAID use : a case study and review of risk factors and preventative strategies. Drug Healthc Patient Saf. 2015;7:31–41. Publié le 22 janvier 2015. doi:10.2147/DHPS.S71976
  7. Bashir A, Mehta D. Toxicité hépatique. Dans : StatPearls [Internet]. 2019 Janvier-.
  8. Sinnott PL, Dally SK, Trafton J, Goulet JL, Wagner TH. Tendances dans le diagnostic des affections douloureuses du cou et du dos, 2002 à 2011. Médecine (Baltimore). 2017;96(20):e6691. doi:10.1097/MD.0000000000006691
  9. Machado GC, Maher CG, Ferreira PH, Day RO, Pinheiro MB, Ferreira ML. Anti-inflammatoires non stéroïdiens pour les douleurs vertébrales : revue systématique et méta-analyse. Ann Rheum Dis. 2017;76(7):1269-1278. doi:10.1136/annrheumdis-2016-210597
  10. Dreisinger TE. Exercice de gestion des douleurs dorsales chroniques. Ochsner J. 2014;14(1):101-107.
Retour haut de page