Qu’est-ce que la surveillance ambulatoire de la pression artérielle (MAPA) ?

La surveillance ambulatoire de la pression artérielle (MAPA) est une technique relativement nouvelle pour évaluer la pression artérielle d’une personne. La MAPA permet à un médecin d’évaluer votre pression artérielle dans le cadre de votre vie quotidienne habituelle, plutôt que lorsque vous êtes assis nerveusement sur la table d’examen du médecin.

La MAPA est particulièrement utile pour déterminer si une personne souffre réellement d’hypertension lorsque les mesures de la pression artérielle prises dans le cabinet du médecin sont très variables ou sont autrement déroutantes. La MAPA a notamment été utilisée pour évaluer les personnes souffrant d’une « hypertension des blouses blanches » déclenchée par le stress d’un rendez-vous médical.

Woman checking blood pressure in living room

Comment ça marche

La surveillance ambulatoire de la pression artérielle est effectuée à l’aide d’un dispositif spécial qui consiste en un brassard de tension artérielle porté au bras et attaché à un petit appareil d’enregistrement que vous portez à la ceinture. Vous portez l’appareil de MAPA pendant 24 ou 48 heures, et il enregistre votre tension artérielle périodiquement (généralement à intervalles de 15 ou 30 minutes) tout au long de cette période, pendant vos activités quotidiennes habituelles et pendant votre sommeil.

L’ABPM fournit donc à votre médecin un relevé complet de votre tension artérielle sur une période d’un ou deux jours.

Les informations fournies par la MAPA sont fondamentalement différentes de celles que le médecin obtient en prenant votre pression artérielle au cabinet. L’enregistrement de la pression artérielle au bureau est une valeur unique qui est censée refléter votre pression artérielle pendant le repos au calme (ce qui explique pourquoi, étant donné l’environnement mouvementé de la plupart des cabinets médicaux de nos jours, les relevés ne sont pas toujours entièrement précis).

La MAPA, en revanche, indique votre tension artérielle telle qu’elle est obtenue dans un large éventail de situations et d’activités, de la course à pied au sommeil en passant par le bus. Et il est normal que la pression artérielle d’une personne fluctue énormément au cours des nombreuses activités qu’une personne effectue habituellement dans une journée. Ainsi, contrairement à la pression artérielle que vous obtenez dans le bureau du médecin, l’ABPM ne rapporte pas seulement une valeur unique pour la pression artérielle systolique et diastolique qui est censée représenter votre « pression artérielle » officielle. Au contraire, il indique toute une série de valeurs (souvent) très variables au cours d’une journée ou plus.

Interprétation des résultats de l’ABPM

L’utilisation de la MAPA pour diagnostiquer l’hypertension nécessite donc une approche différente pour interpréter les enregistrements de votre pression artérielle.

La technique la plus couramment utilisée pour évaluer les résultats de la MAPA consiste à calculer la moyenne

des pressions systolique et diastolique d’une personne sur une période de 24 heures, ainsi que sur les heures de veille et de sommeil.

Quand utilise-t-on la GPAA ?

L’ABPM a été utile pour évaluer les personnes souffrant d’hypertension en blouse blanche, permettant à leurs médecins de décider si l’élévation de leur pression artérielle en cabinet reflète en fait un état de « non repos » (c’est-à-dire un état d’anxiété), au lieu de l' »état de repos calme » qui est nécessaire pour un enregistrement précis de la pression artérielle en cabinet. Bien que de nombreuses fois, les relevés de pression artérielle élevés en cabinet indiquent réellement la présence d’une hypertension, il arrive que ce ne soit pas le cas.

La MAPA a également été utile dans des situations où il a été difficile de déterminer l’efficacité d’un traitement antihypertenseur, ou lorsqu’une personne est soupçonnée de présenter des fluctuations anormalement importantes de la pression artérielle qui rendent le diagnostic et le traitement de l’hypertension difficile. La MAPA peut également aider au diagnostic et au traitement de certaines formes de dysautonomie, notamment lorsque l’on soupçonne des épisodes intermittents et imprévisibles de très basse tension artérielle.

On pourrait même faire valoir que la MAPA devrait être la norme pour le diagnostic et le traitement de l’hypertension, car il peut être difficile d’obtenir des mesures vraiment précises de la pression artérielle au repos dans le cabinet du médecin. En fait, en décembre 2014, l’United States Preventive Services Task Force (USPSTF) a publié un projet de déclaration recommandant que l’ABPM soit utilisé comme « norme de référence » pour confirmer un diagnostic d’hypertension dans le cabinet médical. En d’autres termes, l’USPSTF recommande que l’ABPM soit utilisé de manière beaucoup plus systématique qu’aujourd’hui.

Cette recommandation risque d’être controversée car la MAP est relativement lourde et coûteuse (plusieurs centaines de dollars pour une évaluation d’un ou deux jours). Toutefois, elle est cliniquement sensée et, si elle permet d’éviter le surtraitement de l’hypertension des blouses blanches, elle pourrait en fait faire économiser des fonds aux soins de santé.

En raison du coût de la MAPA, les chercheurs se penchent sur un autre type de mesure de la pression artérielle en dehors du bureau, souvent plus pratique que la MAPA, à savoir la surveillance de la pression artérielle à domicile (MAPH).

Surveillance de la pression artérielle à domicile

La surveillance ambulatoire de la pression artérielle est un moyen d’évaluer la pression artérielle d’une personne pendant sa routine, ses activités quotidiennes et pendant son sommeil. Elle semble donner une image plus précise de la pression artérielle d’une personne que les seuls enregistrements obtenus dans un cabinet médical. Chez une personne souffrant d’hypertension en blouse blanche, la MAPA est désormais la méthode privilégiée pour déterminer si une hypertension réelle est présente, et les experts recommandent que la MAPA soit utilisée plus systématiquement chez toute personne chez qui le diagnostic est douteux, avant de l’engager dans une thérapie à vie.

Sources des articles

  1. Islam MS. Surveillance ambulatoire de la pression artérielle dans le diagnostic et le traitement de l’hypertension. Adv Exp Med Biol. 2017;956:109-116. doi:10.1007/5584_2016_177
  2. Bloomfield DA, Park A. Décodage de l’hypertension des blouses blanches. World J Clin Cases. 2017;5(3):82-92. doi:10.12998/wjcc.v5.i3.82
  3. Goldberg L, Bar-aluma BE, Krauthammer A, Efrati O, Sharabi Y. Profils de pression artérielle ambulatoire dans la dysautonomie familiale. Clin Auton Res. 2018;28(4):385-390. doi:10.1007/s10286-018-0507-1
  4. Krakoff LR. La pression artérielle ambulatoire améliore la prédiction du risque cardiovasculaire : implications pour une meilleure gestion de l’antihypertension. Curr Atheroscler Rep. 2013;15(4):317. doi:10.1007/s11883-013-0317-9

Lectures complémentaires

Retour haut de page