Comment déterminer les paramètres de pression CPAP pour traiter l’apnée du sommeil

Si on vous a prescrit une thérapie par pression positive continue (CPAP) pour traiter l’apnée obstructive du sommeil, vous vous demandez peut-être : La gravité de l’apnée du sommeil mesurée par l’indice d’apnée-hypopnée (IAH) est-elle en corrélation avec la pression CPAP nécessaire pour un traitement efficace ?

Découvrez si (et comment) le réglage CPAP prescrit est lié au degré sous-jacent de l’apnée du sommeil et quels autres facteurs peuvent être impliqués pour déterminer votre traitement optimal, notamment l’anatomie, la position et les stades du sommeil.

Man Wearing Cpap Mask While Suffering From Sleep Apnea By Woman On Bed At Home

Gravité de l’apnée du sommeil

Il est tout à fait naturel de supposer qu’il y aurait une relation entre le réglage de la pression CPAP prescrit et le degré d’apnée obstructive du sommeil qui est traité. Si vous avez besoin d’un médicament pour la pression artérielle, une dose plus élevée aurait naturellement un effet plus important, n’est-ce pas ? Malheureusement, la relation n’est pas aussi directe dans le cas du traitement de l’apnée du sommeil.

L’apnée obstructive du sommeil (AOS) est diagnostiquée par une étude du sommeil pendant la nuit ou par un test d’apnée du sommeil à domicile qui évalue le nombre de fois par heure de sommeil où les voies aériennes supérieures s’affaissent, entraînant une baisse du niveau d’oxygène dans le sang ou des réveils du sommeil.

Si les voies respiratoires s’affaissent complètement, on parle d’apnée et si elles s’affaissent partiellement, on parle d’hypopnée. Le nombre total de ces événements par heure de sommeil est l’indice d’apnée-hypopnée (IAH).

Vous pourriez penser qu’un SAOS grave nécessite un réglage de pression CPAP plus élevé pour le traiter. En réalité, ce n’est pas toujours le cas, car de multiples facteurs entrent en jeu pour déterminer le réglage requis. Généralement, le traitement commence à un niveau bas et est progressivement augmenté pour résoudre tous les événements d’apnée et d’hypopnée ainsi que les ronflements.

Le réglage le plus bas sur les appareils CPAP peut être de 4 à 5 centimètres de pression d’eau (abrégé en cm de H2O ou CWP). La grande majorité des gens ont besoin de plus de pression que ce réglage le plus bas. Le réglage maximal varie selon le type d’appareil, mais il peut atteindre 25 ou 30 CWP.

Déterminer la pression CPAP requise

Si le réglage de la CPAP est déterminé dans le cadre d’une étude de titrage de nuit dans un laboratoire du sommeil, un technologue en polysomnographie observera les schémas respiratoires et ajustera le réglage à la hausse pendant votre sommeil. Cette opération est effectuée à distance, depuis une autre pièce, afin d’éviter toute perturbation.

L’objectif est d’éliminer l’apnée du sommeil et les ronflements et d’observer le sommeil profond, y compris le sommeil avec mouvements oculaires rapides (REM). Ce réglage doit également être optimisé pendant le sommeil en position couchée (sur le dos) lorsque l’apnée du sommeil s’aggrave souvent.

Certaines personnes sont renvoyées chez elles avec un appareil CPAP auto-réglable, parfois appelé AutoCPAP ou APAP. Dans ce scénario, le médecin prescripteur autorise une série de pressions.

L’appareil démarrera à basse pression et s’ajustera vers le haut si nécessaire en fonction de la résistance mesurée des voies respiratoires (ce qui suggère un affaissement persistant des tissus mous comme la base de la langue ou le palais mou dans la gorge).

Le CPAP délivre des impulsions intermittentes de pression d’air supplémentaire pour évaluer la résistance et, par extension, si les voies aériennes supérieures s’affaissent. Si les voies respiratoires sont ouvertes au niveau de pression CPAP actuel, elles sont maintenues.

La pression CPAP requise n’est pas en corrélation directe avec la gravité de l’apnée du sommeil. Certaines personnes souffrant d’un SAOS léger ont besoin de pressions élevées et certaines personnes souffrant d’un SAOS grave ont besoin de pressions relativement modestes.

Les personnes souffrant d’apnée du sommeil plus sévère ont plus souvent besoin de pressions plus élevées sur la CPAP ou même d’un traitement par bilevel. Cela est particulièrement vrai dans le cas de l’obésité ou de l’obstruction nasale. Les enfants peuvent avoir besoin de pressions similaires à celles des adultes, malgré la taille réduite de leurs voies respiratoires.

Facteurs affectant la mise sous pression

L’anatomie des voies respiratoires supérieures et la nature de l’obstruction des voies respiratoires jouent le plus grand rôle dans la détermination du réglage de la pression CPAP requise.

Si l’apnée du sommeil se produit en raison d’un nez bouché par des allergies ou d’une déviation de la cloison nasale, d’un effondrement du palais mou ou d’une langue qui retombe dans les voies respiratoires, différentes quantités d’air sont nécessaires pour repousser ces tissus.

De plus, le surpoids ou l’obésité peuvent aggraver la situation. En fait, lorsque les gens perdent environ 10 % de leur poids corporel, il peut être nécessaire d’ajuster les réglages de la CPAP en les baissant.

L’alcool, les médicaments qui détendent les muscles des voies respiratoires (comme les benzodiazépines) et le fait de dormir sur le dos peuvent tous ajouter de façon transitoire à vos besoins en matière de pression. Enfin, le sommeil paradoxal vers le matin peut détendre les muscles et aggraver l’apnée du sommeil.

Ajustements de la pression

Par conséquent, comme décrit ci-dessus, il n’est pas facile de deviner la pression CPAP dont vous pourriez avoir besoin pour traiter votre degré d’apnée du sommeil. Elle peut également varier quelque peu pendant la nuit en fonction de votre position et de votre stade de sommeil.

Si la pression est trop faible, votre apnée du sommeil ne sera pas correctement contrôlée. Si elle est trop élevée, vous pouvez ressentir des effets secondaires comme une fuite du masque ou l’ingestion d’air. Il est important de faire régler correctement l’appareil par un spécialiste du sommeil afin d’obtenir la meilleure expérience possible et les meilleurs résultats.

Les appareils modernes peuvent fournir des informations sur l’IAH résiduel et cela peut aider à orienter les réglages de la pression. Il peut être souhaitable d’utiliser un appareil AutoCPAP capable de s’adapter à ces autres variables.

Si vous continuez à présenter des symptômes d’apnée du sommeil, faites-vous réévaluer par votre médecin du sommeil agréé par le conseil d’administration afin de vous assurer que votre état est traité de manière adéquate par les réglages de pression de votre appareil. Ne modifiez pas les réglages vous-même, car vous risquez de ne pas bien comprendre les variables qui contribuent aux difficultés que vous pourriez rencontrer.

Sources des articles

  1. Division de la médecine du sommeil à la Harvard Medical School. Indice d’apnée hypopnée (IAH). Mis à jour le 11 février 2011.

Lectures complémentaires

  • Kryger, MH et al. Principles and Practice of Sleep Medicine, 6e édition. Elsevier, 2017.
Retour haut de page