Les 10 choses à ne pas faire avec le mal de dos

La lombalgie chronique ou aiguë est un problème courant et peut affecter votre travail, votre famille et vos activités de loisirs. Bien qu’il n’existe pas de traitement spécifique pour la lombalgie, vous pouvez dès à présent prendre certaines mesures pour commencer à gérer les symptômes provenant de votre dos. Et il y a certaines choses que vous devriez arrêter

de faire dans le cadre du traitement de votre mal de dos.
1

Arrêtez de vous affaler

Businessman on telephone

Avant tout, arrêtez de vous affaler. L’une des causes les plus fréquentes de lombalgie est une mauvaise posture assise. La tension exercée sur le dos en position assise avachie peut entraîner une pression excessive sur les articulations, les muscles et les disques, ce qui provoque des douleurs.

2

Cessez d’éviter l’exercice

Photo of a woman performing the upward dog yoga position.

Il peut être douloureux de commencer, mais il est prouvé que l’exercice pour le dos est bénéfique pour la plupart des lombalgies. Il aide à maintenir la force de vos muscles centraux, augmente la circulation dans vos articulations et vos disques et vous procure un sentiment de bien-être. De plus, le fait d’être une patate de canapé peut vraiment mettre votre bas du dos dans une mauvaise posture, ce qui entraîne des douleurs.

3

Arrêtez de chercher une cure miracle

Photo of injectable medicine.

Arrêtez de chercher un remède miracle pour votre mal de dos. Nous avons tous vu les publicités qui promettent un remède miracle pour votre mal de dos.

Se suspendre par les pieds sur une table d’inversion, frotter des baumes cicatrisants sur le dos ou dépenser de l’argent pour acheter des appareils de traction informatisés sophistiqués, tout cela semble efficace, mais les faits indiquent que beaucoup de ces remèdes miracles ne sont pas bénéfiques.

4

Arrêtez de soulever des choses lourdes

Worker lifting cardboard box

L’une des principales causes de lombalgie est le fait de soulever fréquemment des charges lourdes. Si votre travail vous oblige à soulever des objets lourds, demandez à votre employeur s’il existe un équipement spécial (ou une paire de mains supplémentaire) pour vous aider à soulager la charge dans le bas du dos.

Cela va de pair avec le prochain mal de dos – pas de flexions répétitives.

5

Mettre fin aux flexions répétitives

Looking down while texting. 159230825.JPG

Une autre cause fréquente de lombalgie est la flexion fréquente vers l’avant. Se pencher beaucoup vers l’avant peut entraîner une pression accrue sur les disques du dos et peut provoquer des douleurs musculaires.

Limitez votre flexion vers l’avant et assurez-vous d’effectuer des exercices pour le bas du dos qui mettent l’accent sur la flexion vers l’arrière afin de compenser la répétition des flexions vers l’avant.

6

Cessez de chercher un diagnostic spécifique

Photo of a doctor looking at X-ray images.

Cessez de vous concentrer sur un diagnostic spécifique. Jusqu’à 85% des lombalgies peuvent être classées comme « non spécifiques ». Cela signifie que l’origine de votre douleur ne peut être localisée à une structure ou un problème spécifique.

Alors que les tests de diagnostic courants pour les lombalgies peuvent montrer les os, les disques et les articulations avec beaucoup de détails, aucun test ne peut dire la cause exacte de votre douleur avec une précision de 100 %.

7

Cessez d’essayer les traitements passifs

Photo of a woman using heat on her back.

Les traitements passifs comme la chaleur, la glace ou les ultrasons peuvent procurer une sensation de bien-être, mais leur effet n’est généralement que temporaire. La plupart des recherches indiquent que l’exercice actif d’autosoins et la correction posturale sont un remède efficace contre les lombalgies.

Une visite chez votre kinésithérapeute peut vous aider à déterminer les exercices les mieux adaptés à votre état.

8

Ne plus écouter les histoires d’horreur sur le mal de dos

Photo of people waiting in doctors office.

Arrêtez d’écouter les histoires d’horreur des autres. Vous connaissez le scénario : Vous êtes penché en avant dans une douleur évidente, attendant de voir le médecin, et la personne à côté de vous vous raconte pendant 10 minutes comment son oncle Gordon a eu une lombalgie qui a nécessité des injections et une opération. Mais la douleur n’a pas disparu pour autant.

Arrêtez d’écouter ces histoires terribles. La plupart des lombalgies sont de courte durée et peuvent être traitées assez efficacement par l’exercice et la correction posturale. Bien sûr, certaines lombalgies sont graves et nécessitent une opération, mais c’est une conversation que vous devriez avoir avec votre médecin, pas avec le type dans la salle d’attente.

9

Arrêter de fumer

Photo of a woman smoking outside her office.

Si vous fumez, vous avez probablement entendu parler des effets négatifs que cela peut avoir sur votre santé. Certaines études indiquent que le tabagisme peut également augmenter vos chances d’avoir des douleurs lombaires.

Consultez votre médecin dès aujourd’hui pour élaborer un plan d’arrêt du tabac afin de soulager vos douleurs lombaires.

10

Ne plus attendre que la douleur s’en aille

Physical Therapist Examining a Patient

Si vous avez des douleurs depuis plus d’une semaine ou deux, consultez votre médecin ou votre kinésithérapeute. (De nombreux États autorisent l’accès direct à la physiothérapie.) Bien qu’il soit noble d’essayer de gérer la douleur vous-même, plus tôt vous commencez le traitement, plus vous avez de chances de vous rétablir en douceur et de retrouver rapidement une fonction normale.

Les douleurs dorsales peuvent limiter votre capacité à vous déplacer confortablement et vous empêcher de profiter de vos activités récréatives habituelles. Si vous avez mal au dos, consultez votre kinésithérapeute pour vous aider à retrouver votre mode de vie normal rapidement et en toute sécurité.

Sources des articles

  1. Nowotny J, Nowotny-czupryna O, Brzęk A, Kowalczyk A, Czupryna K. Body posture and syndromes of back pain. Ortop Traumatol Rehabil. 2011;13(1):59-71.
  2. Rainville J, Hartigan C, Martinez E, Limke J, Jouve C, Finno M. Exercise as a treatment for chronic low back pain. Spine J. 2004;4(1):106-15. doi:10.1016/s1529-9430(03)00174-8
  3. Thackeray A, Fritz JM, Childs JD, Brennan GP. L’efficacité de la traction mécanique chez des sous-groupes de patients souffrant de lombalgies et de douleurs aux jambes : un essai randomisé. J Orthop Sports Phys Ther. 2016;46(3):144-54. doi:10.2519/jospt.2016.6238
  4. Al-otaibi ST. Prévention des douleurs dorsales professionnelles. J Communauté familiale Med. 2015;22(2):73-7. doi:10.4103/2230-8229.155370
  5. Wand BM, O’connell NE. Lombalgie chronique non spécifique – sous-groupes ou mécanisme unique ? BMC Trouble musculo-squelettique. 2008;9:11. doi:10.1186/1471-2474-9-11
  6. Ebadi S, Henschke N, Nakhostin ansari N, Fallah E, Van tulder MW. Echographie thérapeutique pour les lombalgies chroniques. Cochrane Database Syst Rev. 2014 ;(3):CD009169. doi:10.1002/14651858.CD009169.pub2
  7. Koes BW, Van tulder MW, Thomas S. Diagnostic et traitement de la lombalgie. BMJ. 2006;332(7555):1430-4. doi:10.1136/bmj.332.7555.1430
  8. Green BN, Johnson CD, Snodgrass J, Smith M, Dunn AS. Association entre le tabagisme et les douleurs dorsales dans un échantillon d’adultes américains. Cureus. 2016;8(9):e806. doi:10.7759/cureus.806
Retour haut de page