Sauge : avantages, effets secondaires et interactions pour la santé

Sage, annotated

La sauge est une herbe que l’on trouve couramment sur votre étagère à épices. La sauge est généralement séchée et utilisée pour parfumer les plats principaux et les accompagnements, mais elle possède également des propriétés médicinales que les gens utilisent depuis des siècles dans les cultures orientales et occidentales. Ces dernières années, les scientifiques ont étudié l’efficacité de la sauge ou d’extraits de sauge dans la prévention ou le traitement d’affections médicales courantes.

Il existe de nombreuses variétés de sauge utilisées à des fins culinaires et médicales, dont la plus courante est la Salvia officinalis (également connue sous le nom de sauge commune). Parmi les autres variétés comestibles, on trouve la Salvia lavandulaefolia et la Salvia plebeia

.

Lorsqu’elle est utilisée dans le cadre de thérapies complémentaires ou alternatives, la sauge est considérée comme utile pour prévenir ou traiter les affections suivantes

  • Les feux sauvages
  • Fatigue
  • Cholestérol élevé
  • Bouffées de chaleur
  • Problèmes de mémoire
  • Mal de gorge
  • Coups de soleil
  • Cancer

Aussi étendues que puissent paraître certaines de ces prestations, il existe des preuves, bien que rares, pour étayer ces affirmations.

Prestations de santé

Parmi les composants de la sauge dont on pense qu’ils ont des propriétés thérapeutiques, on trouve le camphre, l’acide carnosique, le carnosol et les acides phénoliques.

Le camphre est la substance huileuse qui donne à la sauge son arôme piquant. Populairement utilisé dans les crèmes et onguents topiques, le camphre stimule activement les terminaisons nerveuses, produisant une sensation de chaleur lorsqu’il est appliqué vigoureusement ou une sensation de fraîcheur lorsqu’il est appliqué doucement.

L’acide carnosique et le carnosol ont tous deux des propriétés antioxydantes et anti-inflammatoires. Ils activent directement une molécule connue sous le nom de PPAR-gamma (peroxisome proliferator-activated receptor gamma) qui aide à réguler la glycémie, les lipides et l’inflammation, entre autres.

Les acides phénoliques sont des substances chimiques d’origine végétale qui exercent d’importantes propriétés antioxydantes, protégeant ainsi les cellules des dommages oxydatifs causés par les radicaux libres, y compris le cœur et le cerveau.

Effets anti-inflammatoires

La sauge peut être bénéfique pour soulager les conditions inflammatoires telles que les maux de gorge et les coups de soleil.

Une étude réalisée en Suisse en 2009

a montré qu’un extrait de sauge et d’échinacée, utilisé en spray oral, était tout aussi efficace pour traiter un mal de gorge aigu que la combinaison de chlorhexidine et de lidocaïne, des médicaments pharmaceutiques couramment utilisés dans les anesthésiques oraux.

Ce sont ces mêmes propriétés qui seraient efficaces pour soulager la douleur de l’amygdalite ou accélérer la guérison des boutons de fièvre lorsqu’elles sont appliquées sous forme de pommade ou d’onguent.

Amélioration du cholestérol

L’activation de la molécule PPAR gamma par la sauge est peut-être plus apparente dans son impact sur le cholestérol. Une étude, publiée dans la revue Phytotherapeutic Research,

a conclu que cet effet était plus que marginal.

Selon la recherche, les personnes qui ont reçu entre 400 et 1500 milligrammes de sauge par jour (sous forme de poudre, de thé ou de supplément) ont obtenu une amélioration globale de leurs lipides sanguins après trois mois. Parmi les résultats :

  • Le taux de cholestérol total a été réduit de 16 à 20 %.
  • Le cholestérol des lipoprotéines de basse densité (LDL) (aussi appelé « mauvais » cholestérol) a été réduit d’au moins 12 %.
  • Le cholestérol des lipoprotéines de haute densité (HDL) (aussi appelé « bon cholestérol ») a augmenté de 20 %.
  • Les triglycérides ont été réduits d’au moins 18 %.

D’autres études n’ont pas démontré de résultats similaires. En outre, si l’activation du PPAR gamma est associée à une amélioration de la glycémie, cet effet n’a pas été observé lors de la prise de sauge ou d’un extrait de sauge.

Bouffées de chaleur

Les bouffées de chaleur et les sueurs nocturnes sont fréquentes chez les femmes en période de ménopause. Une étude publiée en 2016 dans l’International Journal of Medical Research and Health Sciences a montré qu’une dose quotidienne de 100 milligrammes de S. officinalis,

administrée sous forme de comprimé oral pendant huit semaines, réduisait l’incidence de ces symptômes et d’autres symptômes de la ménopause par rapport aux femmes qui prenaient un placebo.

De plus, il semble que cela se soit produit sans influencer les niveaux d’hormones. Ce qui confirme que, si la sauge peut améliorer les symptômes de la ménopause, elle n’est pas susceptible d’aider les femmes ayant des règles anormales puisque les troubles sont principalement influencés par les niveaux hormonaux.

Amélioration de la mémoire

Aussi farfelu que cela puisse paraître, il est prouvé que la sauge peut améliorer la mémoire et le traitement de l’information, même chez les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer.

Bien que les preuves restent rares, une revue des études réalisée en 2017

suggère que les substances contenues dans la sauge peuvent influencer les mécanismes biologiques associés à la cognition. Selon ces recherches, deux types d’acide phénolique présents dans la sauge, l’acide rosmarinique et l’acide caféique, ont montré qu’ils amélioraient la vigilance et les capacités cognitives chez les souris.
Deux études sur l’homme, l’une portant sur 11 personnes atteintes d’Alzheimer précoce et l’autre sur 30 personnes, ont fait état d’une amélioration globale de la cognition ainsi que d’une réduction des symptômes neuropsychiatriques après utilisation d’un extrait de Salvia.

D’autres études incluses dans la revue ont montré de façon constante des améliorations de la mémoire à court terme, de la vigilance et du rappel de la vitesse. Une amélioration de l’humeur et de la vigilance a également été citée.

Prévention du cancer

L’affirmation la plus controversée des praticiens des médecines douces est peut-être celle selon laquelle la sauge peut aider à prévenir le cancer. Cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas de preuves à l’appui de ces affirmations ; c’est juste que la plupart d’entre elles se sont limitées à des éprouvettes.

Dans ce contexte, les scientifiques ont pu prouver que les composants de S. officinalis ou S. lavandulaefolia

(y compris le carnosol, l’acide rosmarinique et l’acide ursolique) peuvent inhiber la croissance des cellules cancéreuses en éprouvette, notamment le cancer du sein, le cancer du colon, la leucémie myéloïde chronique, le cancer de la prostate, le cancer du foie et le carcinome pulmonaire à petites cellules.

Bien que les résultats des tubes à essai se traduisent rarement chez l’homme, un examen des études

réalisé en 2013 a montré que l’acide rosmarinique administré quotidiennement à des souris était capable de prévenir le cancer de la peau ainsi que les métastases osseuses dues au cancer du sein.

Bien que rien de tout cela ne puisse suggérer que manger ou boire de la sauge puisse prévenir le cancer, les recherches actuelles peuvent aider à ouvrir la voie au développement de médicaments anticancéreux efficaces à l’avenir.

Effets secondaires possibles

Lorsqu’elle est consommée à des fins culinaires, la sauge est considérée comme sûre chez les adultes et les enfants. En revanche, lorsqu’elle est utilisée à des fins médicales, la sauge ou un extrait de sauge peut être nocif s’il est utilisé de manière excessive ou pendant une longue période. En effet, la sauge contient de la thuyone

, une neurotoxine responsable des effets psychotropes de l’absinthe, boisson alcoolisée.
En cas de consommation excessive, la sauge peut provoquer des effets secondaires potentiellement graves, notamment de l’agitation, des vomissements, des étourdissements, un rythme cardiaque rapide, des tremblements, des convulsions et des lésions rénales.

L’huile essentielle de sauge est particulièrement toxique et peut provoquer des symptômes indésirables dès 12 gouttes. Pour cette raison, l’huile essentielle de sauge ne doit jamais être prise par voie orale. Même en application topique, l’huile peut provoquer des éruptions ou des irritations si elle n’est pas diluée.

La sauge peut également rendre moins efficaces les anticonvulsivants utilisés en excès, notamment le phénobarbital, la Mysoline (primidone), le Depakote (acide valproïque), le Neurontin (gabapentine), le Tegretol (carbamazépine) et la Dilantin (phénytoïne).

L’utilisation excessive de la sauge chez les diabétiques peut également déclencher une chute potentiellement grave de la glycémie, entraînant une hypoglycémie. Si vous utilisez des capsules ou des extraits de sauge, ne dépassez jamais la dose recommandée sur l’étiquette du produit. Les médicaments à base de sauge doivent être utilisés avec prudence chez les personnes dont la fonction rénale est altérée.

Informez votre médecin de tous les médicaments que vous prenez, y compris les remèdes à base de plantes comme la sauge, afin d’être pleinement conscient des avantages et des risques potentiels.

Comment utiliser les remèdes à base de plantes en toute sécurité

Dosage et préparation

Lorsqu’elle est utilisée à des fins de santé, la sauge se trouve dans des extraits oraux, des gélules et des formulations de capsules ainsi que dans des crèmes et des pommades topiques. Il n’existe pas de dosage standardisé, mais des doses allant jusqu’à 1 000 milligrammes par jour sont généralement considérées comme sûres et bien tolérées.

Les crèmes topiques à la sauge sont destinées à un usage à court terme et doivent être appliquées uniquement selon les instructions.

Ce qu’il faut rechercher

On trouve de la sauge séchée et fraîche dans la plupart des épiceries. Les poudres, capsules, extraits, thés, huiles essentielles et remèdes homéopathiques de sauge sont disponibles en ligne ou dans les pharmacies et les magasins d’aliments naturels.

Si vous achetez un supplément de sauge, essayez d’en trouver un qui soit fabriqué selon les normes de qualité et de sécurité les plus strictes. Le meilleur moyen d’y parvenir est de vérifier l’étiquette pour obtenir le label d’un organisme de certification tiers indépendant comme l’U.S. Pharmacopeia (USP), NSF International ou ConsumerLab.

Autres questions

S’il peut sembler sûr de supposer que les comprimés ou les gélules de sauge sont adaptés aux végétaliens ou aux végétariens, ce n’est pas toujours le cas. Les gelcaps, en particulier, sont parfois fabriqués à partir de gélatines animales plutôt que de cellulose végétale. Pour être sûr, n’achetez que des produits étiquetés « végétalien » ou « végétarien ».

Avantages et effets secondaires du thé à la sauge

Sources des articles

Retour haut de page