Symptômes et causes des côlons atoniques

Le côlon atone (prononcé ay-TAW-nik KOH-lun) se produit lorsqu’il y a un manque de tonus musculaire normal ou de force dans le côlon. Aussi, connu sous le nom de côlon paresseux ou de stase du côlon, il peut entraîner une constipation chronique. Lorsque vos intestins sont refoulés, comme dans le cas de la constipation, cela ralentit la vitesse à laquelle votre estomac peut se vider, ce qui peut provoquer des brûlures d’estomac.

Hand reaching for toilet paper

Le côlon atone est essentiellement un phénomène de « cercle vicieux ». La constipation peut entraîner une réduction de l’activité intestinale, qui à son tour peut entraîner une aggravation de la constipation, etc.

Causes

Bien que la cause du côlon atone soit souvent inconnue, l’utilisation chronique de laxatifs peut être à blâmer. Une cause relativement rare est la maladie de Hirschsprung, qui provoque des blocages dans une partie ou la totalité du gros intestin en raison d’un manque de cellules nerveuses nécessaires au mouvement normal des muscles. Mais la maladie de Hirschsprung n’est pas quelque chose que l’on peut développer ou attraper, c’est une maladie congénitale, ce qui signifie qu’elle est présente dès la naissance. Elle est également connue sous le nom de mégacôlon congénital.

Avec le mégacôlon, l’intestin devient extrêmement dilaté et atone (il ne bouge pas) avec une grande quantité de selles « juste là ».

Symptômes, causes, traitement et prévention du fécalome

La science derrière tout ça

À bien des égards, le côlon atone est un exemple de conditionnement classique. De façon simpliste, le côlon commence à « abandonner » lorsqu’un stimulus n’entraîne pas l’évacuation de l’intestin et cesse de répondre aux signaux. Cela peut ressembler à un parent qui, après avoir entendu un enfant demander quelque chose quelques dizaines de fois, commence à « ne pas entendre » les demandes. En revanche, dans des conditions telles que la maladie de Hirschsprung, les ganglions, ou l’ensemble des nerfs contrôlant cette fonction sont absents.

10 choses que vous ne savez pas sur votre côlon

Lien vers les laxatifs

Le côlon atone est souvent considéré comme un effet secondaire de l’addiction aux laxatifs. Les laxatifs agissent en stimulant les muscles intestinaux par des irritants. Cependant, lorsqu’ils sont utilisés de manière répétée, les muscles développent une tolérance et de plus grandes quantités d’irritants sont nécessaires pour obtenir le même effet. Cela entraîne un faible tonus musculaire, qui se traduit par un côlon atone. Lorsque la défécation ne peut se faire qu’avec l’utilisation d’un laxatif, il s’agit d’une dépendance aux laxatifs.

Comment les anémies peuvent aggraver la constipation

Symptômes

Outre la constipation, vous pouvez également ressentir des douleurs d’estomac, des ballonnements, des nausées, des vomissements et de la fièvre. Que vous ressentiez un, plusieurs ou tous ces symptômes, prenez rendez-vous avec votre médecin.

Ballonnements et gaz

Quand parler à votre médecin

Discuter de vos habitudes en matière de salle de bains peut être presque aussi inconfortable que la constipation que vous ressentez. Mais lorsqu’il est temps de parler à votre médecin, il est temps d’être un partenaire dans vos soins. Autrement dit, ne cachez rien, surtout si vous avez utilisé un laxatif pendant une longue période. Essayez également de faire un travail de préparation.

Lorsque vous essayez de déterminer la cause de votre constipation, votre médecin peut vous poser quelques questions. Soyez prêt à répondre aux questions suivantes :

  • À quelle fréquence allez-vous à la selle ?
  • Y a-t-il eu des changements dans vos habitudes intestinales (c’est-à-dire la fréquence, la facilité) ?
  • Avez-vous remarqué un changement dans la quantité de vos selles ?
  • Avez-vous l’impression d’avoir entièrement vidé vos intestins après être allé aux toilettes ?

Et puisque la constipation peut être causée par d’autres choses qu’un côlon atone, ne soyez pas surpris si votre médecin veut parler de votre humeur – la dépression peut déclencher la constipation ; de vos habitudes de sommeil – les médicaments donnés pour traiter l’insomnie peuvent affecter les selles ; de vos niveaux d’énergie – si votre thyroïde ne fonctionne pas correctement (hypothyroïdie), vos intestins non plus ; et de vos habitudes d’exercice – si vous menez une vie sédentaire, cela peut également affecter votre rendement.

Traitements possibles

Si les laxatifs sont la cause de votre manque de tonus musculaire intestinal, ils ne seront pas utilisés pour combattre la constipation chronique que vous ressentez. Votre médecin pourra plutôt utiliser des lavements ou vous suggérer de faire une rééducation intestinale. Un autre traitement parfois utilisé pour la constipation chronique, surtout lorsque la cause est étroitement liée au système digestif, est le biofeedback.

Mangez ces aliments la prochaine fois que vous serez constipé

Conseils pour faire face et prévenir

Comprendre un peu la science entre la vidange intestinale peut aider à expliquer quelles mesures peuvent aider à prévenir la constipation qui peut conduire à un côlon atone.

  • Écoutez la nature. L’intestin est le plus actif le matin et après les repas. Le passage des selles est plus facile lorsque vos efforts se combinent avec cette physiologie.
  • Assurez-vous que votre régime alimentaire contient suffisamment de fibres (mais pas trop, ce qui pourrait entraîner des douleurs, des ballonnements et d’autres problèmes). Les fibres augmentent la teneur en eau des selles afin qu’elles passent plus facilement dans l’intestin. Les fibres augmentent également le poids des selles, ce qui contribue à la partie de l’équation relative à la gravité.
  • Travaillez avec votre médecin pour revoir vos habitudes intestinales.
  • Tenez un journal de défécation. Parfois, les schémas deviennent beaucoup plus clairs lorsqu’ils sont écrits.

Les selles normales existent-elles vraiment ?

Sources des articles

  1. Earnest DL. 10.15 – Toxicologie clinique des médicaments et produits chimiques courants: Colon. Dans : Toxicologie globale . Vol 10. 2e éd. Elsevier Science ; 2010:181-194.
  2. Institut national du diabète et des maladies digestives et rénales. Maladie de Hirschsprung. Publié en septembre 2015.
  3. Sparberg M. Constipation. Dans : Walker HK, Hall WD, Hurst JW, éditeurs. Clinical Methods : The History, Physical, and Laboratory Examinations. 3e édition. Boston : Butterworths ; 1990. Chapitre 89.
  4. Ueki T, Nagai K, Mizukami Y, et al. Cross-sectional study on relationship between constipation and medication in consideration of sleep disorder. Yakugaku Zasshi. 2011;131(8):1225-32. doi:10.1248/yakushi.131.1225
  5. Hsieh C. Traitement de la constipation chez les personnes âgées. Médecin de famille américain. 2005;72(11):2277-2284.

Lectures complémentaires

Retour haut de page