Androgènes et SOPK : Les niveaux d’excès et leurs conséquences

Un taux élevé d’androgènes est l’un des trois signes possibles du syndrome des ovaires polykystiques. Selon les critères de diagnostic les plus couramment utilisés, une femme doit présenter deux des trois signes suivants pour qu’un diagnostic de SOPK soit posé : Des cycles menstruels irréguliers ou absents, des ovaires polykystiques (tels qu’ils apparaissent à l’échographie) ou des signes d’hyperandrogénie.

Que sont les androgènes ? Qu’est-ce que cela signifie lorsqu’ils sont élevés et quels sont les niveaux d’androgènes normaux ? Le SOPK est-il la seule affection qui entraîne une élévation des androgènes chez les femmes ? Il est important que les personnes à risque comprennent cette affection et les mesures qu’elles peuvent prendre pour atténuer ce risque.

Woman using acne cleaning pad to wash face

Que sont les androgènes ?

Les androgènes sont souvent appelés les hormones « mâles », mais ces hormones sont présentes et essentielles chez les hommes et les femmes. Elles sont essentielles à la fonction reproductive normale, au bien-être émotionnel, à la fonction cognitive, à la fonction et à la croissance des muscles maigres et à la solidité des os.

En fait, vous serez peut-être surpris d’apprendre que les femmes ont plus d’androgènes que d’oestrogènes en circulation dans leur corps. (Cela dit, les hommes produisent plus d’androgènes que les femmes).

Les androgènes jouent de nombreux rôles dans le corps humain. Parmi les effets des hormones androgènes, on peut citer la stimulation de la croissance des poils du corps et du pubis, du désir sexuel (libido), de la croissance musculaire, ainsi que de l’action et de la localisation des cellules adipeuses.

Chez l’homme comme chez la femme, les androgènes sont les précurseurs des œstrogènes. L’action androgène-into-œstrogène est l’un des principaux rôles des hormones androgènes chez la femme. Chez la femme, les hormones androgènes sont créées dans les glandes surrénales, les ovaires et les cellules adipeuses.

Qu’est-ce que l’hyperandrogénisme ?

L’hyperandrogénisme se produit lorsque les androgènes sont plus élevés qu’ils ne devraient l’être ou

lorsqu’il existe des signes cliniques indiquant que les androgènes sont plus élevés qu’ils ne devraient l’être. Même si les hommes ont naturellement des taux d’androgènes plus élevés, l’hyperandrogénie peut se produire aussi bien chez les hommes que chez les femmes.

La majorité des femmes atteintes d’hyperandrogénie sont atteintes du SOPK. Cela dit, il existe d’autres causes possibles d’hyperandrogénisme qui doivent être écartées avant de pouvoir établir un diagnostic de SOPK. (Plus d’informations à ce sujet ci-dessous).

Il existe deux « types » d’hyperandrogénisme : clinique et biochimique. Le fait d’avoir l’un ou l’autre de ces types peut qualifier une femme comme étant atteinte du SOPK.

L’hyperandrogénisme clinique se produit lorsqu’il y a des signes ou des symptômes visibles qui indiquent que la production d’androgènes peut être plus élevée que prévu. Ce sont des choses qui peuvent être vues ou vécues sans examen médical.

L’hyperandrogénisme biochimique se produit lorsque les analyses de laboratoire révèlent des taux anormalement élevés d’hormones androgènes dans le sang.

Il est possible d’avoir des signes cliniques d’hyperandrogénie et que toutes les analyses sanguines reviennent à la normale. Il est possible que les laboratoires indiquent un excès d’androgènes mais qu’il y ait peu ou pas de signes cliniques.

Signes cliniques de l’hyperandrogénisme

Les signes cliniques comprennent une croissance anormale des cheveux, l’acné, la calvitie masculine et la virilisation.

Croissance anormale des cheveux

La pousse de cheveux généralement associée aux hommes, comme les poils du visage ou les poils sur la poitrine ou le dos, peut être un signe clinique d’hyperandrogénie. Le terme médical pour cela est l’hirsutisme. Entre 75% et 80% des femmes présentant une pilosité de type masculin sont atteintes du SOPK, mais toutes les femmes atteintes du SOPK ne présentent pas ce symptôme.

Beaucoup de femmes éliminent cet excès de pilosité et ne réalisent pas qu’il s’agit d’un symptôme potentiel d’un problème médical. N’oubliez pas de dire à votre médecin si vous souffrez d’hirsutisme.

Acne

L’acné pendant l’adolescence est fréquente chez les adolescents, garçons et filles. Même à l’âge adulte, une légère acné n’est pas considérée comme anormale. Cependant, l’acné modérée à sévère, surtout lorsqu’elle est accompagnée d’autres symptômes gênants, peut être un indicateur d’excès d’androgènes.

Calvitie masculine

Les hommes et les femmes peuvent perdre leurs cheveux en vieillissant. Cependant, lorsque les femmes présentent une « calvitie masculine », surtout à un âge plus précoce que prévu, cela peut être un signe possible d’hyperandrogénie clinique.

La calvitie masculine se caractérise par une perte de cheveux soit au niveau de la ligne des cheveux, qui se traduit par un recul de la ligne des cheveux, soit au niveau du sommet de la tête. Cette calvitie est différente de la calvitie féminine, où les cheveux s’amincissent sur le dessus de la tête, mais la ligne capillaire elle-même reste inchangée.

Virilisation

La virilisation se produit lorsqu’une femme développe des traits associés aux hommes, comme une voix plus grave ou une croissance musculaire plus proche de celle des hommes. Bien que ce soit un signe clinique possible d’hyperandrogénisme, il n’est généralement pas observé dans le cas du SOPK. D’autres causes possibles d’hyperandrogénisme doivent être envisagées.

Hyperandrogénisme biochimique

L’hyperandrogénisme biochimique se produit lorsque les analyses sanguines indiquent que les niveaux d’androgènes sont plus élevés que la normale. Il est important de tester les niveaux d’androgènes lorsqu’on pose un diagnostic de SOPK. Même si des signes cliniques d’hyperandrogénisme sont déjà évidents, les analyses sanguines peuvent aider à écarter d’autres causes possibles d’hyperandrogénisme.

Vous trouverez ci-dessous les androgènes qui peuvent être testés et les taux qui sont normaux. Les fourchettes normales peuvent varier selon le laboratoire, aussi consultez toujours votre médecin lorsque vous essayez de comprendre vos propres résultats.

Gamme normale d’androgènes

Testostérone totale: Les niveaux doivent être compris entre 6,0 et 86 nanogrammes par décilitre (ng/dl) chez les femmes. Dans le SOPK, la testostérone totale peut être légèrement élevée. Des niveaux extrêmement élevés de testostérone totale peuvent indiquer la présence d’une tumeur sécrétant des androgènes.

Testostérone gratuite: Les niveaux normaux de testostérone libre se situent entre 0,7 et 3,6 picogrammes par millilitre (pg/mL). Les niveaux de testostérone libre peuvent être élevés dans le SOPK.

Androstenedione: les niveaux normaux chez les femmes se situent entre 0,7 et 3,1 ng/mL. Des niveaux élevés peuvent indiquer un SOPK.

DHEA-S : les niveaux normaux chez les femmes se situent entre 35 et 430 microgrammes par décilitre (ug/dl). Les femmes atteintes du SOPK peuvent avoir des niveaux supérieurs à 200, qui se situent dans la fourchette normale mais élevée. Des niveaux extrêmement élevés de DHEA-S peuvent indiquer une tumeur sécrétant des androgènes.

PCOS avec des niveaux d’androgène normaux ?

Votre médecin vous a peut-être diagnostiqué un SOPK, mais vous voyez que vos analyses indiquent des taux normaux d’androgènes. Cela signifie-t-il que vous n’êtes pas atteint du SOPK ? C’est une question un peu compliquée car tout le monde n’est pas d’accord sur la façon de diagnostiquer le SOPK.

La plupart des experts affirment qu’il n’est pas nécessaire d’avoir des taux élevés d’androgènes pour diagnostiquer un SOPK. Cependant, la Société de l’excès d’androgènes (AE) et du SOPK soutient que les cycles irréguliers et les ovaires polykystiques, sans excès d’androgènes également, ne sont pas suffisants pour qualifier un diagnostic de SOPK.

Cependant, voici quelques éléments à garder à l’esprit. Premièrement, les critères de diagnostic les plus couramment utilisés pour le SOPK – les critères de Rotterdam – indiquent que les signes biochimiques ou

cliniques d’hyperandrogénisme sont admissibles.

En d’autres termes, par exemple, disons que vous avez des poils sur le visage ou le torse. C’est un signe clinique d’hyperandrogénisme. Vous n’avez pas non plus besoin d’avoir des laboratoires de qualité pour le diagnostic du SOPK. Deuxièmement, toujours selon les critères de Rotterdam, il n’est pas nécessaire d’avoir des androgènes élevés pour diagnostiquer le SOPK.

Si vous avez des règles irrégulières (ou absentes) et des ovaires polykystiques, et qu’aucune autre explication n’est trouvée pour vos règles irrégulières, vous pouvez recevoir un diagnostic de SOPK même si vous n’avez pas d’androgènes élevés ou de signes cliniques d’hyperandrogénisme.

Critères pour un diagnostic du SOPK

Autres causes de taux élevés d’androgènes

Le SOPK est en partie un diagnostic d’élimination. Avant que votre médecin puisse dire que vous êtes atteint du SOPK, il doit confirmer que vos symptômes ne peuvent pas être expliqués par un autre trouble hormonal.

Plus précisément, en ce qui concerne les androgènes, il existe deux autres causes possibles d’hyperandrogénie que votre médecin voudra vérifier : l’hyperplasie surrénale congénitale et la maladie de Cushing.

Hyperplasie congénitale des surrénales

L’hyperplasie congénitale des surrénales (HSC) est une maladie héréditaire qui entraîne un fonctionnement anormal des glandes surrénales. Les hommes et les femmes atteints de CAH sont privés d’une enzyme vitale qui entrave la production et la régulation de certaines hormones. Les androgènes peuvent être parmi les hormones affectées.

La plupart des personnes nées avec une HCA sont diagnostiquées lorsqu’elles sont jeunes, mais la maladie présente une variation plus légère et ne produit pas de symptômes évidents avant un âge plus avancé. On parle alors d’HCA à apparition tardive ou d’HCA non classique.

Les symptômes de la CAH non classique peuvent être très similaires à ceux du SOPK. Avant que votre médecin ne puisse vous diagnostiquer un SOPK, il faut d’abord écarter la CAH non classique.

La maladie de Cushing

La maladie de Cushing est un autre syndrome qui peut entraîner des symptômes similaires à ceux du SOPK. La maladie de Cushing survient lorsque l’organisme est exposé à des niveaux élevés de cortisol sur une période prolongée. Cela peut se produire en raison de l’utilisation prolongée de stéroïdes par voie orale, ou bien si l’organisme crée lui-même l’excès de cortisol.

Lorsque l’organisme lui-même provoque le syndrome de Cushing, il peut être causé par une tumeur non cancéreuse sur l’hypophyse ou la glande surrénale. Cette tumeur peut produire des niveaux anormalement élevés d’une hormone androgène, l’hormone adrénocorticotrope (ACTH). L’excès d’androgènes peut être confondu avec le SOPK. C’est pourquoi la maladie de Cushing doit d’abord être écartée.

Problèmes de santé causés par un taux élevé d’androgènes

L’augmentation des niveaux d’androgène peut provoquer des cycles irréguliers, des symptômes gênants (comme la pousse des poils du visage) et la stérilité chez les femmes. Mais ils sont également responsables de certains des autres facteurs de risque qui accompagnent souvent le SOPK.

Répartition des graisses

Les androgènes semblent jouer un rôle dans le stockage des graisses dans le corps. Avez-vous déjà remarqué que les hommes ont tendance à transporter de la graisse surtout dans la région du ventre, et les femmes dans celle des fesses et des cuisses ? Des androgènes élevés peuvent amener les femmes à transporter plus de graisse dans leur région abdominale.

L’obésité est un facteur de risque pour le SOPK. Cela dit, il est également possible que des femmes maigres ou de poids normal souffrent de SOPK.

Résistance à l’insuline

L’insulinorésistance est un facteur de risque du SOPK. L’excès d’androgènes peut jouer un rôle. Il a été constaté que les femmes présentant des niveaux élevés d’androgènes ont également tendance à être plus exposées au risque d’insulinorésistance.

Les taux élevés d’androgènes entraînent-ils

une insulinorésistance ? Ce n’est pas tout à fait clair. Cependant, certaines études ont indiqué que la réduction des niveaux élevés de testostérone chez les femmes contribue également à réduire/améliorer l’insulinorésistance.

Problèmes cardiovasculaires

Le fait d’avoir des taux anormalement élevés ou faibles d’androgènes est associé à un risque accru de problèmes cardiovasculaires chez les femmes.

Traitement de l’excès d’androgènes dans le SOPK

Le traitement de l’hyperandrogénisme se concentre généralement sur le traitement des symptômes problématiques. Cela varie d’une personne à l’autre, car le SOPK et l’hyperandrogénisme ne se présentent pas toujours de la même manière.

Tous les traitements ont leurs avantages et leurs inconvénients, et les médicaments comportent des effets secondaires et des risques. N’oubliez pas de consulter votre médecin pour savoir quelle option vous convient le mieux.

Contrôle des naissances

Pour les femmes qui n’essaient pas de tomber enceintes, les pilules contraceptives hormonales peuvent être utilisées pour réduire les androgènes et aussi traiter les symptômes.

La contraception combinée œstrogène-progestérone est généralement essayée en premier lieu pour traiter les symptômes du SOPK, mais vous devrez peut-être essayer quelques options avant de trouver la contraception qui vous aidera à vous sentir le mieux avec le moins d’effets secondaires indésirables.

Cependant, tout le monde ne se sent pas bien avec la contraception, et certains préfèrent éviter de prendre des médicaments hormonaux. Ce n’est pas non plus une solution pour les femmes qui essaient de tomber enceintes.

Médicaments antiandrogènes

Une autre possibilité est la prise de médicaments anti-androgènes. Ce sont des médicaments qui réduisent les effets de l’excès d’androgènes circulant dans votre corps. Ils peuvent être utilisés seuls ou en combinaison avec des pilules contraceptives.

Les médicaments antiandrogènes comprennent la spironolactone, la CPA et le flutamide. La spironolactone peut être utilisée pour traiter la croissance irrégulière des cheveux (hirsutisme). La CPA peut être utilisée en combinaison avec les pilules contraceptives pour traiter la croissance indésirable des cheveux et l’acné. Le flutamide, un médicament habituellement utilisé pour traiter le cancer de la prostate, peut être utilisé dans le cadre du SOPK pour traiter l’hirsutisme.

Les médicaments antiandrogènes ne peuvent pas être utilisés si vous essayez de tomber enceinte ou si vous ne prenez pas de contraceptifs. Ils peuvent nuire au bébé à naître, en particulier aux garçons.

Médicaments réducteurs d’insuline

La metformine peut également être utilisée pour traiter les symptômes des androgènes liés au SOPK, y compris la pousse indésirable des cheveux et l’acné. La metformine peut également être prise lorsque vous essayez de concevoir un enfant et est parfois utilisée dans le cadre d’un protocole de traitement de la fertilité.

Remarque importante : le 28 mai 2020, la Food and Drug Administration américaine a émis un avertissement concernant les niveaux potentiellement élevés d’impuretés de nitrosimine dans certains lots de metformine

à libération prolongée. Si vous prenez de la metformine, n’arrêtez pas de prendre votre médicament, mais contactez votre médecin au sujet de cet avertissement de la FDA pour voir si un autre médicament doit vous être prescrit.

Épilation

L’élimination directe des poils indésirables est également une option. Parmi les possibilités, on peut citer l’épilation à la cire, l’épilation au fil, l’épilation au laser et l’électrolyse.

Traitements de l’acné

Il existe un certain nombre de traitements de l’acné en vente libre, mais pour ceux qui souffrent d’acné liée au SOPK, il est peu probable qu’ils fassent une différence significative. Si les traitements hormonaux ne sont pas envisageables, il peut être utile de consulter un dermatologue. Il existe des traitements sur ordonnance qui peuvent être plus efficaces que ceux que vous pouvez obtenir à la pharmacie du coin.

Médicaments utilisés pour traiter le syndrome des ovaires polykystiques

L’hyperandrogénisme est la cause de certains des symptômes les plus embarrassants et les plus visibles du SOPK. Vous ne saviez peut-être pas que votre poitrine ou votre pilosité faciale étaient des symptômes possibles d’un problème médical. N’oubliez pas d’informer votre médecin si vous avez eu des difficultés de ce type. Ces informations peuvent aider à établir un diagnostic.

Le SOPK n’a pas de remède, mais il existe des traitements pour réduire vos symptômes. Certains de ces traitements sont cosmétiques et disponibles en vente libre, comme les crèmes contre l’acné et les méthodes d’épilation. Mais votre médecin peut aussi vous prescrire des crèmes ou des médicaments pour vous aider.

Sources des articles

  1. Bani Mohammad M, Majdi Seghinsara A. Syndrome des ovaires polykystiques (PCOS), critères de diagnostic et AMH. Asian Pac J Cancer Prev. 2017;18(1):17–21. Publié le 1er janvier 2017. doi:10.22034/APJCP.2017.18.1.17
  2. Antoniou-Tsigkos A, Zapanti E, Ghizzoni L, et al. androgènes surrénaux. Endotext. Mis à jour le 5 janvier 2019.
  3. Horstman AM, Dillon EL, Urban RJ, Sheffield-Moore M. The role of androgens and estrogens on healthy aging and longevity. J Gerontol A Biol Sci Med Sci. 2012;67(11):1140-1152. doi:10.1093/gerona/gls068
  4. Pasquali R, Zanotti L, Fanelli F, et al. Defining Hyperandrogenism in Women With Polycystic Ovary Syndrome : A Challenging Perspective. J Clin Endocrinol Metab. 2016;101(5):2013-22.
  5. Rosenfield RL, Ehrmann DA. La pathogenèse du syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) : L’hypothèse du SOPK comme hyperandrogénisme fonctionnel des ovaires revisitée. Endocr Rev. 2016;37(5):467-520. doi:10.1210/er.2015-1104
  6. Rosenfield RL. La morphologie des ovaires polykystiques – le spectre du syndrome des ovaires polykystiques. J Pediatr Adolesc Gynecol. 2015;28(6):412-419. doi:10.1016/j.jpag.2014.07.016
  7. Yildiz BO, Bolour S, Woods K, Moore A, Azziz R. Marque visuellement l’hirsutisme. Mise à jour de Hum Reprod. 2010;16(1):51-64. doi:10.1093/humupd/dmp024
  8. A tenu BL, Nader S, Rodriguez-rigau LJ, Smith KD, Steinberger E. Acné et hyperandrogénie. J Am Acad Dermatol. 1984;10(2 Pt 1):223-6.
  9. Shum KW, Cullen DR, Messenger AG. Chute de cheveux chez les femmes atteintes d’hyperandrogénisme : quatre cas de réponse au finastéride. J Am Acad Dermatol. 2002;47(5):733-9.
  10. Yildiz BO. Diagnostic de l’hyperandrogénisme : critères cliniques. Best Pract Res Clin Endocrinol Metab. 2006;20(2):167-76.
  11. Stanczyk FZ. Diagnostic de l’hyperandrogénisme : critères biochimiques. Best Pract Res Clin Endocrinol Metab. 2006;20(2):177-91.
  12. Azziz R, Carmina E, Dewailly D, et al. The Androgen Excess and PCOS Society criteria for the polycystic ovary syndrome : the complete task force report. Fertil Steril. 2009;91(2):456-88.
  13. Wang R, Mol BW. Les critères de Rotterdam pour le syndrome des ovaires polykystiques : des critères basés sur des preuves ? Hum Reprod. 2017;32(2):261-264.
  14. McCartney CR, Marshall JC. PRATIQUE CLINIQUE. Syndrome des ovaires polykystiques. N Engl J Med. 2016;375(1):54-64. doi:10.1056/NEJMcp1514916
  15. Sheehan MT. Syndrome des ovaires polykystiques : diagnostic et gestion. Clin Med Res. 2004;2(1):13-27. doi:10.3121/cmr.2.1.13
  16. New M, Yau M, Lekarev O, et al. Congenital Adrenal Hyperplasia. [Mis à jour le 15 mars 2017]. Dans : Feingold KR, Anawalt B, Boyce A, et autres, éditeurs. Endotext [Internet]. South Dartmouth (MA) : MDText.com, Inc ; 2000. Disponible à l’adresse suivante : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK278953/
  17. Kairys N, Schwell A. Cushing Disease. [Mis à jour le 5 mai 2019]. Dans : StatPearls [Internet]. L’île au trésor (FL) : StatPearls Publishing ; 2019 Janvier-. Disponible à l’adresse suivante : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK448184/
  18. Allen MJ, Sharma S. Physiology, Adrenocorticotropic Hormone (ACTH) [Mis à jour le 3 mars 2019]. Dans : StatPearls L’île au trésor (FL) : StatPearls Publishing ; 2019 janv. Disponible à l’adresse suivante : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK500031/
  19. Blouin K, Boivin A, Tchernof A. Androgènes et répartition des graisses corporelles. J Steroid Biochem Mol Biol. 2008;108(3-5):272-80.
  20. Sam S. Obesité et syndrome des ovaires polykystiques. Obes Manag. 2007;3(2):69-73. doi:10.1089/obe.2007.0019
  21. Diamanti-Kandarakis E, Dunaif A. Insulin resistance and the polycystic ovary syndrome revisited : an update on mechanisms and implications. Endocr Rev. 2012;33(6):981-1030. doi:10.1210/er.2011-1034
  22. Corbould A. Effets des androgènes sur l’action de l’insuline chez la femme : l’excès d’androgènes est-il une composante du syndrome métabolique féminin ? Diabetes Metab Res Rev. 2008;24(7):520-32.
  23. Dokras A. Facteurs de risque des maladies cardiovasculaires dans le syndrome des ovaires polykystiques. Semin Reprod Med. 2008;26(1):39-44.
  24. Mueck AO. Traitement de l’hyperandrogénisme chez les femmes à l’aide d’éthinylestradiol et de cyprotérone-acétate. Eur J Contracept Reprod Health Care. 2017;22(3):170-171.
  25. de Melo AS, Dos Reis RM, Ferriani RA, Vieira CS. Contraception hormonale chez les femmes atteintes du syndrome des ovaires polykystiques : choix, défis et avantages non contraceptifs. Open Access J Contracept. 2017;8:13–23. Publié le 2 février 2017. doi:10.2147/OAJC.S85543
  26. Reismann P, Likó I, Igaz P, Patócs A, Rácz K. Pharmacological options for treatment of hyperandrogenic disorders. Mini Rev Med Chem. 2009;9(9):1113-26.
  27. Karakurt F, Sahin I, Güler S, et al. Comparison of the clinical efficacy of flutamide and spironolactone plus ethinyloestradiol/cyproterone acetate in the treatment of hirsutism : a randomised controlled study. Adv Ther. 2008;25(4):321-8.
  28. Kolodziejczyk B, Duleba AJ, Spaczynski RZ, Pawelczyk L. Metformin therapy decreases hyperandrogenism and hyperinsulinemia in women with polycystic ovary syndrome. Stérilisateur de fertilité. 2000;73(6):1149-54.
  29. Sachdeva S. Hirsutisme : évaluation et traitement. Indian J Dermatol. 2010;55(1):3-7. doi:10.4103/0019-5154.60342
  30. Chuan SS, Chang RJ. Syndrome des ovaires polykystiques et acné. Skin Therapy Lett. 2010;15(10):1-4.
  31. Brady C, Mousa SS, Mousa SA. Le syndrome des ovaires polykystiques et son impact sur la qualité de vie des femmes : Plus qu’un simple trouble endocrinien. Drug Healthc Patient Saf. 2009;1:9-15. doi:10.2147/dhps.s4388

Lectures complémentaires

Retour haut de page